Les delphinariums n’aident pas à protéger les dauphins…

Bien au contraire !

Stop aux massacres de dauphins à Taiji et dans tout le Japon !

Le film The Cove dévoile cette vérité horrifiante : chaque année des dizaines de milliers de dauphins sont massacrés à cause d’une demande entretenue par l’industrie des delphinariums. “Comment cela ?” me direz-vous. “A cause des delphinariums, des dizaines de milliers de dauphins sont massacrés ?!…” La réponse est oui.

Comme l’illustre la vidéo ci-dessus, cette industrie motive les massacres, en apportant à leurs auteurs la majeure partie de leur bénéfices. Un dauphin vivant revendu à un parc aquatique peut ainsi atteindre les 150 000 $ ! Un dauphin mort, lui, n’en vaut que 600 $. Si le trafic de dauphins vivants s’arrêtait, le commerce de la viande de dauphin ne serait sans doute plus assez rentable pour attirer les pêcheurs.

Mais, dans la vidéo qui suit, on entrevoit les immenses profits que réalisent les dizaines et dizaines de delphinariums japonais. L’argent est le nerf de la guerre : tant que la demande du public existera pour ce genre de spectacles, rien ne changera. Et sans une mobilisation internationale, il y a peu de chance que les choses évoluent d’elles-mêmes au Japon – tant le secret de ces massacres est bien gardé… (Voir le billet sur le film The Cove.)

Que faire pour mettre un terme à ces abominables massacres ?

Signez les deux pétitions suivantes !

Toutes deux sont organisées par l’association Save Japan Dolphins créée par Ric O’Barry, l’ancien dresseur de Flipper (lire l’interview de Ric O’Barry). La première, qui demande l’arrêt de ces massacres à Taiji n’est, à l’heure où j’écris, qu’à 2790 signatures. Il faut la faire connaître et engager chacun à effectuer ce petit, ce minuscule geste citoyen envers des animaux qui nous ont toujours témoigné de l’amitié, et même, nous ont secouru en mer à de nombreuses reprises. Aujourd’hui, on inverse les rôles : c’est un humain qui peut sauver un dauphin !

Contre les massacres de dauphins à Taiji

La deuxième pétition n’en est pas vraiment une : il s’agit plutôt d’une lettre à envoyer aux responsables politiques américains pour demander de faire pression sur le gouvernement japonais. En attendant un mot à envoyer à nos propres responsables, européens ou canadiens, c’est une première action à entreprendre.

Voici les endroits où signer ces pétitions, un petit geste qui prend moins d’une minute, mais dont l’importance est décisive :


Pétition “Stop The Dolphin Slaughter in Taiji, Japan”

Lettre pour l’administration Obama

Merci d’avoir pris ces quelques instants pour soutenir une bonne cause !