Nager avec les dauphins : Attention !

Home/Général, Récits de rencontres,  Actualités/Nager avec les dauphins : Attention !
  • Nager avec les dauphins

Nager avec les dauphins : Attention !

Nager avec les dauphins représentent le rêve de beaucoup, petits ou grands. C’est une expérience que j’ai eu la chance de connaître il y a quelques jours à peine, dans un endroit réputé à la fois pour ses paysages à couper le souffle et son grand respect pour les dauphins, baleines, orques et autres mammifères marins : la Nouvelle-Zélande.

Ceci étant, si les conditions dans ce pays sont optimales pour partir à la rencontre et nager avec les dauphins, ce n’est pas le cas partout… et certaines parties du monde sont au contraire connues pour recourir à des pratiques abusives, qui perturbent et même assaillent littéralement nos amis delphinidés. Sans être un spécialiste du sujet (la nage avec les dauphins), je me suis dit qu’il serait sans doute judicieux d’aborder ce sujet sur ce blog.

Nager avec les dauphins

Nager avec les dauphins ou les laisser tranquilles ?

A vrai dire, en tant que président d’une association dédiée à la protection et à la défense des dauphins (qui s’opposent très fortement à leur captivité, pour des raisons que j’ai déjà eu l’occasion d’aborder ici), j’ai longtemps hésité avant de prendre la décision de recourir aux services d’une entreprise commerciale, fusse-t-elle néo-zélandaise et soumise à une réglementation très stricte sur le sujet.

Pourquoi ? Tout simplement parce que je pense que les dauphins ont le droit qu’on les laisse tranquilles ! Même s’ils sont curieux et qu’ils viennent d’eux-mêmes à la rencontre de ces étranges animaux à deux pattes que nous sommes, notre présence dans leur élément ressemble à une intrusion dans leur lieu de vie. S’ils sont en train de chasser, ou de se reposer, de quel droit venons-nous les perturber ?

L’argument qu’on oppose généralement à cette réflexion est le suivant : si l’on vient nager avec les dauphins mais que ce faisant on les dérange, ces derniers n’ont qu’à s’éloigner. Ils sont, après tout, de bien meilleur nageurs que nous (et le mot est faible !). Quelques coups de nageoire caudale, et les voilà hors de portée des touristes qui piaillent pour attirer leur attention.

Deux dauphins nageant libres à Kaikoura

Dans les conditions de respect des entreprises ou associations sérieuses qui proposent ce genre de rencontres, l’argument est assez valable. Néanmoins, les touristes en veulent pour leur argent et, même si on les dérange et que les groupes de dauphins en présence ne semblent pas être d’humeur à interagir, tout le monde remonte sur le bateau et le capitaine se remet en chasse d’un autre groupe (ou du même) pour donner à chacun l’occasion de les voir de plus près.

Les abus de la nage avec les dauphins dans certains pays

Dans certains pays, cet impératif commercial, combiné à une libre entreprise qui engendre une concurrence (et donc une présence) toujours plus grande, cela mène à des pratiques nocives et répréhensibles. En Egypte par exemple, dans la Mer rouge, il n’est pas rare que des centaines de touristes, réparties sur des dizaines de bateaux harcèlent de petits groupes de dauphins. Comme l’explique Yvon Godefroid dans cette interview, la nage avec les dauphins y est devenue un véritable fléau pour ces derniers.

Et cette situation n’est pas unique… Aux Bahamas, à l’île Maurice ou dans d’autres endroits, les opérateurs organisent de véritables battues et la nage avec les dauphins se déroule dans des conditions déplorables. Si vous avez eu l’occasion de connaître ce genre de pratiques, n’hésitez pas à l’indiquer en commentaire sous cet article.

Bien se renseigner pour être sûr des conditions

Si votre rêve est de nager avec des dauphins (libres, bien évidemment !), la première chose à faire est de bien vous renseigner sur les conditions de ce genre de rencontres, et de choisir en conséquence. En effet, si vous désirez nager les dauphins, c’est très certainement parce que vous aimez ces animaux. Si vous les aimez, vous ne souhaitez sans doute pas leur faire du mal. Par conséquent, la plupart du temps le mieux sera sans doute de vous abstenir.

Rencontrer les dauphins de manière respectueuse est un impératif

Si vous vous trouvez dans un pays où les conditions d’une rencontre éthique ne sont pas respectées, n’alimentez pas cette situation ! Exactement de la même manière que vous ne pouvez plus vous rendre dans un delphinarium une fois que vous savez ce que signifie réellement la captivité des dauphins. Comme le dit Ric O’Barry, s’il n’y avait plus de spectateurs pour les shows de dauphins, il n’y aurait plus de delphinariums !

Les consignes de rencontre avec les dauphins

Si vous naviguez, vous avez peut-être déjà eu l’occasion de rencontrer des dauphins accompagnant votre bateau. Peut-être même avez-vous déjà nagé avec eux. Quoi qu’il en soit, si vous vous retrouvez un jour en présence de dauphins et que vous voulez vous jeter à l’eau avec eux, voici quelques consignes à respecter :

Nager avec les dauphins, mais dans des conditions éthiques !

1. Ne vous jetez pas (littéralement) à l’eau

En vous jetant bruyamment dans l’eau, vous allez probablement donner envie aux dauphins d’aller voir ailleurs ! Donc veillez bien à entrer calmement dans l’eau, quel que soit votre niveau d’excitation. Vous ne voulez pas donner l’impression à nos amis delphinidés d’être un grossier personnage. Respectez leur lieu de vie.

2. Ne touchez pas les dauphins

C’est sans doute une des règles les plus importantes. Si vous arrivez à intriguer un dauphin ou un groupe de dauphins, ils viendront vous observer, faire quelques tours autour de vous. N’en profitez pas pour essayer de les caresser. Ce sont les dauphins qui initieront, peut-être, un contact. Quoi qu’il en soit, ne prenez pas les devants. D’autant plus que, dans certaines circonstances, cela peut mener à des réactions indésirables de leur part. Il s’agit d’animaux connus pour leur bienveillance à l’égard des humains, mais il s’agit avant tout d’animaux sauvages, ne l’oubliez pas.

3. Adoptez le style de nage « dauphin »

Cela va dans la droite ligne de la consigne précédente : gardez les bras le long du corps. En d’autres termes, essayez de nager comme les dauphins. Lorsqu’un dauphin vient vous observer, essayez de tourner en même temps que lui, dans une sorte de ballet aquatique. Ils sont bien plus doués que nous pour ça, cela va sans dire ! Donc faites tout de même attention à ne pas vous donner trop le tournis. 😉

4. Créez un contact visuel

Créer un contact visuel avec les dauphins

Dans le même ordre d’idée, essayez de créer un contact visuel avec les dauphins qui viendront à votre rencontre. Ceux qui ont l’occasion d’échanger un regard avec un dauphin, une baleine ou un cachalot vous le diront : il y a beaucoup de choses qui passent (certains parlent même de télépathie). C’est quoi qu’il en soit une impression très forte, qui vous donnera peut-être la certitude, si vous ne l’aviez déjà, que ces créatures sont effectivement d’une intelligence et d’une sensibilité extraordinaire.

5. Pour attirer l’attention des dauphins

Comme l’explique les organisateurs de nage avec les dauphins, c’est en quelque sorte à vous de divertir les dauphins… Étant donné que ces mammifères marins vivent dans un monde fait de sons, le moyen le plus simple est de produire vous même des sons « intéressants » lorsque vous vous trouvez dans l’eau. Chantez. Faites des bruits amusants, et vous aurez plus de chances de capter leur attention. Une amie avec qui j’ai été à la rencontre des dauphins avait une technique qui, visiblement, produisait son effet, comme vous pourrez le constater dans cette vidéo :

(NB : Les autres participants sur le bateau ont visiblement été agréablement divertis par ce florilège de sons !)

Pour récapituler…

Si vous vous trouvez dans un pays où les conditions d’une rencontre respectueuses ne sont pas assurées, s’il vous plaît, n’allez pas nager avec les dauphins. Vous les dérangerez et, de toute façon, ils n’auront pas envie de venir à votre rencontre. Pour cela, renseignez-vous bien avant de faire quoi que ce soit.

Si vous rencontrez des dauphins, que ce soit dans des circonstances éthiques ou bien par vous-même, respectez les quelques consignes indiquées plus haut (j’en ai sans doute oublié quelques-unes, n’hésitez pas à compléter en dessous de cet article…). N’oubliez pas que c’est vous qui venez vous introduire dans leur quotidien. Montrez-leur que vous avez de l’égard pour eux.

Trois dauphins accompagnant notre bateau

Par pitié, et je le rappelle même si cela paraîtra évident aux habitués de ce blog, n’allez pas nager avec les dauphins captifs. Restez loin des delphinariums. Les malheureux dauphins qui les peuplent ne sont pas heureux. Ils sont soumis au stress, à une forme d’esclavage, leurs conditions de détention sont totalement inadaptées, et la meilleure preuve qu’ils ne sont pas fait pour être là c’est qu’ils meurent prématurément. De tous les animaux captifs, les cétacés sont les seuls qui ont une espérance de vie bien moindre enfermés qu’en liberté.

L’alternative du whale-watching

Lorsque je suis allé nager avec les dauphins, il y a quelques jours, la deuxième partie de la matinée s’est déroulée de la manière suivante : tandis que l’équipage partageait un authentique discours éducatif (chapeau à eux), des dizaines de dauphins ont accompagné le bateau, pendant une bonne vingtaine de minutes. Ce spectacle à lui seul vaut tous les delphinariums du monde et était aussi magique que le fait de nager avec eux.

Voici une courte vidéo que j’ai réalisée à ce moment :

L’impact du whale-watching (lorsqu’il n’est pas, là encore, l’objet de pratiques abusives dues à une concurrence effrénée) est bien moindre que la nage avec les dauphins. Beaucoup d’association, françaises et étrangères, organisent ce genre de sorties, en les couplant de véritables discours éducatifs passionnants. Si vous n’êtes pas absolument sûr et certain des conditions qui vous sont proposées, le whale-watching constitue une excellente alternative au fait d’aller nager avec les dauphins.

Edit du 19 avril 2013

Voici un reportage de France 2 (JT de 20h du 15 avril 2013) sur la nage avec les dauphins à Kaikoura.

About the Author:

Créateur du blog Les Dauphins, co-fondateur de La Dolphin Connection, et créateur du site et des formations en ligne e-Action.

20 Comments

  1. Cathy Mini 16 avril 2012 at 19 h 31 min - Reply

    Très bon article, bravo ! Un critère de qualité, le plus souvent, est la présence d’un biologiste marin à bord (même si ce n’est pas indispensable). Il connaît parfaitement les comportements des dauphins et peut par conséquent décider s’il est propice ou non d’aller dans l’eau.
    Attention également, il n’est pas toujours autorisé de se mettre à l’eau lorsqu’il y a des dauphins à proximité. En Australie occidentale par exemple, c’est interdit. Enfreindre cette loi vous expose à 20 000$ d’amende (malheureusement, cela n’arrête pas toujours les gens qui se précipitent parfois dans l’eau sans considération pour les dauphins et leur comportement). Pensez donc à vous renseigner sur la législation du pays où vous vous trouvez !

  2. Stéphanie 20 avril 2012 at 20 h 31 min - Reply

    Superbe article Pierre! Bravo. 😉
    Le temps me manque de plus en plus, mais je n’oublie ni La Dolphin Connection, ni ses membres, ni les dauphins, ça va de soi… Biz

  3. pier 21 avril 2012 at 0 h 13 min - Reply

    bonjour, j’aimerais avoir un avis sur ce qui se propose à bimini en floride où il existe des sorties organisées pour aller à la rencontre de dauphins sauvages
    je suis perplexe parce que même si le lieu est relativement grand, déjà partir en bateau avec des énormes moteurs me gêne (pollution sonore et autres) –
    d’ailleurs à propos de nz mon expérience m’a permis de constater que si nage avec dauphins il y a, le succès multipliant le traffic, l’eau devient moins claire…
    le mieux en fin de compte est de naviguer ou ramer plus ou moins à l’aventure et de rencontrer les dauphins par hasard…no pain no gane ! à priori ca me tente beaucoup plus que de faire le zozo dans la baie des requins en australie -encore un lieu business non, que je ne connais pas.

  4. Angeli 27 mai 2012 at 0 h 29 min - Reply

    Entièrement d’accord avec toi. Très bel article. J’avais déjà partagé sur ma page FB mais je reviens dessus parce qu’il m’est arrivé une chose extraordinaire.
    Dans le lagon de Huahine (îles sous le vent, polynésie Française), les dauphins sont très présents. Quand on passe en bateau ou en jetski, ils viennent parfois jouer dans la vague d’étrave ou devant. Quand je m’arrête pour les prendre en photo, ils disparaissent… pour réapparaitre dès que je redémarre. Chaque fois que je saute à l’eau pour nager en leur compagnie, ils s’évanouissent dans la nature !
    Ily a quelques semaines, nous sommes tombés en panne d’essence en plein milieu du lagon (oui, je sais, manque de prudence, non respect des règles élémentaires de sécurité mais bon).
    Et bien une douzaine de dauphins sont venus voir ce qui se passait. Et bien sûr, les hurlements des gamines (ben oui, c’est des nanas… Euh, pas taper moi, les filles !), le fait de sauter pour nager avec eux les a fait fuir… Mais comme ce sont des bêtes curieuses, ils sont revenus, au plus grand plaisir des gamines qui bien sûr ont essayé de les carresser, sans succès !
    Ce matin, j’étais dans l’eau (PMT) pour dégager l’ancre d’un plaisancier. Et ils sont venus voir ce que je pouvais bien trafiquer… Là, j’ai essayé de rester le plus calme possible, de nager sans faire de grands gestes, d’imiter leur évolution, de faire de tout petits bruits… Et ils ont dansé autour de moi… Une espèce de ballet aquatique ! Jusqu’à me frôler. J’ai été trop tenté de les caresser, je me suis fait violence, me disant « à quoi bon, tu vas te faire plaisir mais ça va les perturber et peut-être les faire fuir » (on a parfois des idées trop stupides en tête). Et ça a duré plusieurs minutes, les plus magiques de ma vie !!!
    je pense que c’est comme l’ours des pyrénées ou le loup dans les Alpes. Ce sont des animaux sauvages (et combien intelligents). C’est inutile de chercher à les voir encore moins à les toucher. Si l’occasion se présente, il faut le considérer comme un cadeau de la nature.

  5. teli 31 décembre 2012 at 11 h 16 min - Reply

    Les conseils que vous donnez sont très instructifs et intéressants pour toutes les personnes qui aiment ses mammifères.
    J’ai eu la chance de nagé avec un dauphin en Grèce et je l’ai laissé venir à moi, car son environnement naturel est à lui et c’est lui qui décide dans la mer, je l’ai parlé en lui donnant des compliments à ma manière et il y avait un contact entre nous que je n’oublierai jamais dans ma vie, on a nagé ensemble en jouant, à qui nage le plus vite et à qui attrape l’autre et après on a du ce quitter. et depuis je pense à une chose n’allez plus voir des dauphins dans les delphinariums faites passer le message

  6. pier ou pierreG 10 janvier 2013 at 18 h 23 min - Reply

    hello, c 2013 youpi à tous !
    j’aimerais affiner mon commentaire du 21 avril 2012 en ce qui concerne l’attitude à suivre lors d’interaction homme-dauphin ; il y a presque autant de réactions différentes que de rencontres (un peu comme chez les humains…). En général la tendance est de conseiller de ne pas les toucher, ni même essayer pour des raisons bien compréhensibles de respect, stress… A priori c’est une mesure bien normale qui permettrait d’éviter des abus.

    Pourtant je viens de voir une video sur you tube tournée dans les bahamas, probablement à bimini où l’on peut voir des dauphins se laisser frotter le ventre avec la paume de la main -un contact qui suggère une caractéristique de peau douce et sensible tant chez l’homme que chez le dauphin – je ne suis plus sur de la référence mais c quelque chose comme wild dolphin in bimini, je vérifie et je vous poste l’exact lien une prochaine fois –
    Ca m’a rappelé un texte de jacques mayol où il précisait qu’en raison de la sensibilité de la peau du dauphin, il appréciait le contact avec les combinaisons…
    une autre remarque par rapport au contact, imaginez que quelqu’un se pointe sous votre nez et cherche à allonger une menbrane pour vous touchez la tête ! il me semble que je serais inquiet et que je cherche la fuite, surtout que la tête des dauphins à l’air truffé de fonctions sensibles et cognitives. En fin de compte je laisse la parole à ceux qui ont eu des expériences ou lu des articles à ce propos, n’oubliez pas d’être précis dans la description de votre expérience.
    Contact ou pas je ne pense pas que l’on puisse tirait une généralité sans apportait une résèrve de nuances ! A chacun son expérience et à chacun plus ou moins sa vérité. Encore une fois des mesures radicales prise par le législateur vise, je crois, à anticiper les débordements nuisibles -c l’histoire bien connu de tu donnes ta main et peu après c toutle bras qui s’implique:-)
    amitiés et fraternités ou
    balivernes et autres boniments !

  7. teli 15 janvier 2013 at 19 h 16 min - Reply

    Bonjour à tous et Bonne Année 2013
    Mon expérience d’avoir nagé avec un dauphin en Grèce SAMOS est très rare, car en principe les dauphins font le tour des îles sans venir auprès de la plage +- 100 M.
    Après une longue recherche, j’ai su que ce dauphin fut libéré d’un centre en Turquie et je pense que c’est pour ça qu’il m’a approché sans difficultés. il où elle voulait plus jouer.
    Peut-être les dauphins TOM ou MISCHA date MAI 2012
    Voici les infos de mon expérience parmi tant d autres.
    Je crois que j’attire les dauphins, car à chaque fois que je pars en vacances en Grèce, j’en vois tout le temps.
    a bientot Monsieur Pierre

  8. teli 31 janvier 2013 at 13 h 48 min - Reply

    Voici le fameux dauphin Tom que j ai rencontré à Samos le 17 mai
    Il porte une antenne Gps sur son aileron.
    Le peintre Manolis a réalisé une belle vidéo du 16 mai, ce qui veux dire que Tom est resté deux jours sur cette plage de Mourtias Samos. Le 18 , il avait quitté les lieux en espèrant qu il a trouvé une famille dans la mer.
    .

  9. teli 2 février 2013 at 0 h 09 min - Reply

    Thursday 17th May – This morning, Tom left the waters off the island of Samos, where the team were observing him, and headed east back into Turkish waters. The latest satellite hit indicated he was approximately 15 km east of the island. Meanwhile Misha is still travelling separately and his last satellite hit today indicated he was south of Bodrum.

    Tuesday 15th May. An update in from Jeff confirms another sighting of Tom, who is looking good and displaying good, natural behaviours. Tom is still near the island of Samos and a local contact has confirmed that there is a good supply of mullet in the area, so this could explain his liking for this spot. Meanwhile, satellite indicates that Misha is about 30 miles away. Depending on the weather, the team hope to get a visual on Tom in the morning and they may then travel in the direction of Misha, who is moving around a lot within an area where there are believed to be many other dolphins. There is still a way to go yet, but these early indications remain encouraging.

    Monday 14th May and Tom and Misha appear to have gone their separate ways. Tom is near the island of Samos and the tracking team have been able to undertake some closer observations. While maintaining a safe distance, they have been able to visually id Tom and he appears to be doing well. Jeff Foster reports that his body condition remains good and this, coupled with his behaviour indicates he is feeding. Depending on what Tom decides to do – either stay around for a few days (which he may well do if the fish are in good supply) or to take off, the team hope to be able to monitor him for a few days longer. Meanwhile, Misha is about 100 miles away. Tracking his progress will need to rely on the satellite tag he is fitted with; but so far he is moving well.

    It is 48 hours since Tom and Misha were released back into the ocean and they have travelled over 100 miles in the direction of their home waters. So fast in fact that the tracking boat could not keep up!

    The team will continue to follow in their wake, using satellite to gain information on their general location (bearing in mind that there are delays with satellite telemetry) and then they will try and hone in with the VHF. See below for a map of their recent positions.

    These initial activities are very encouraging but we must remain cautious, there is still a way to go before we know 100 per cent that Tom and Misha have re-adapted fully to life back in the wild.

  10. Zibwabwi 1 avril 2013 at 14 h 54 min - Reply

    « A vrai dire, en tant que président d’une association dédiée à la protection et à la défense des dauphins (…), j’ai longtemps hésité avant de prendre la décision de recourir aux services d’une entreprise commerciale, fusse-t-elle néo-zélandaise et soumise à une réglementation très stricte sur le sujet. »

    Malgré la qualité de l’article et sa valeur éducative, je n’ai pas trouvé la réponse à la question:
    pourquoi avoir nagé avec les dauphins?
    Et ce malgré (je dis bien malgré) l’amour que vous semblez leur porter et votre statut d’ « ambassadeur » des dauphins, dont plusieurs pourraient, de fait, suivre l’exemple (si Pierre le fait, alors…)

    J’espère un jour voir ce type de blog titrer un article:
    Ne nagez pas avec les dauphins.
    Loin de moi l’idée de culpabiliser, mais je pense qu’informer correctement est primordial.

    En Nouvelle Zélande, le DOC (Department of Conservation) décourage la nage avec les dauphins. Les raisons invoquées sont entre autres:
    – l’accroissement du traffic des bateaux potentialise le déplacement des dauphins de leur habitat naturel
    – la familiarité des dauphins avec les bateaux touristiques qui ralentissent et s’arrêtent à l’approche de la zone habitée pose de sérieux risques, notamment pour les mères et leurs petits qui n’évitent plus suffisamment rapidement d’autres bateaux qui peuvent alors heurter et blesser mortellement les petits.
    – en présence des nageurs, les dauphins passent du temps à des activités gourmandes en énergie (nager en surface, sauter…) et moins de temps à se reposer, chasser pour nourrir leurs petits, la mortalité de ces derniers pouvant alors s’accroître durant la haute saison touristique
    Certaines compagnies auxquelles l’article fait référence organisent plusieurs sorties par jour, avec parfois plus de 40 personnes à l’eau (c’était le cas en février 2013 à Kaikoura), c’est beaucoup trop!
    Et non, les dauphins ne partiront pas s’ils sont dérangés, car ils sont chez eux, la notion de territoire existe aussi dans l’océan, aussi grand soit-il.
    (Déménageriez vous chaque fois qu’un intrus entre chez vous? Imaginez 40 inconnus qui débarquent dans votre salon tous les matins, même 10, même 5…)
    – l’interaction répétée avec les humains est nocive pour la survie des dauphins, déconditionnés de leur comportement d’évitement. Les dauphins ne doivent pas s’habituer au contact humain, prendre le risque de s’approcher de bateaux à filet, ou pire, de baies boucherie comme montrées dans The Cove. Plus le dauphin restera sauvage, mieux il se portera.
    – le risque de transmission de maladies est accrue à la fois pour le dauphin et pour l’homme (la crème solaire est par exemple très nocive pour la peau des dauphins)
    – enfin, j’ajouterai que l’industrie touristique étant sans cesse en quête des pratiques les plus lucratives, il suffit que la nage avec les dauphins soit un succès dans un seul pays pour que d’autres lui emboîtent le pas, malgré les conditions catastrophiques dans lesquelles ils la proposent. Le boycott total est donc la meilleure solution à mon sens.

    En fait je ne dirais pas: ne nagez pas avec les dauphins, mais plutôt: ne payez pas pour nager avec les dauphins.
    La nature n’appartient à personne, elle se mérite. Si vous souhaitez voir des animaux sauvages, la motivation et la patience seront vos meilleurs alliés.
    Les dauphins vivent dans l’eau? Apprenez à plonger! Intéressez vous à l’océan, à leur environnement, vous y verrez des créatures incroyables, et peut-être, un jour, un dauphin ambassadeur viendra vous dire bonjour. Parce qu’il l’aura décidé, parce que vous ne serez pas le 150ème de la semaine à débarquer chez lui.

    Il n’y a absolument aucun avantage pour le dauphin à nager avec l’homme. Le seul point positif est le plaisir humain, hélas dans ce cas purement égoïste.
    Pour ma part j’ai fait le deuil de mon rêve de nager avec les dauphins après avoir vu The Cove, mais je ne désespère pas d’en croiser par hasard un jour en plongée, ou simplement dans l’eau comme certains en témoignent, mais juste comme ça, par hasard, et c’est encore plus beau 🙂

    Les recherches commencent à montrer l’impact négatif de ces pratiques. Je ne retrouve plus le lien mais un chercheur disait que vouloir nager avec les dauphins serait aussi ridicule que descendre du 4×4 lors d’un safari pour aller jouer avec le zèbre. 🙂

    J’ai retrouvé par contre un lien qui rapporte les résultats de chercheurs anglais:
    http://www.telegraph.co.uk/science/science-news/7456102/Swimming-with-dolphins-traumatises-them.html
    Pour les non anglophones, l’article parle surtout de Zanzibar, et évoque quelques arguments cités plus haut (notamment le temps pris sur le nourrissage des petits) ainsi que le stress provoqué par la présence humaine sur leur territoire.

    Merci de m’avoir lue.
    Tapez « nager avec les dauphins » dans google, vous verrez, c’est effrayant tout ce monde qui participe à ce non sens…Je crois que je vais faire un copier coller sur toutes les pages des sites de voyages si ça continue comme ça…

    • Pierre 9 avril 2013 at 3 h 59 min - Reply

      Bonjour Olivia,

      Je partage en grande partie votre point de vue, et c’est notamment pour cette raison que j’insiste sur l’alternative offerte par le whale watching (ou dolphin watching). Si j’ai néanmoins nagé avec les dauphines et écrit cet article, c’est parce que je savais qu’en Nouvelle-Zélande les conditions étaient optimales pour ce genre d’expérience : la législation est très stricte et il n’y a, à Kaikoura, qu’un seul organisme autorisé à proposer ce genre de sorties.

      Par la suite, j’ai aussi eu l’occasion de nager avec eux sans payer qui que ce soit : j’étais dans l’eau, et les dauphins étaient là aussi. Je suis donc tout à fait d’accord sur ce point : si on veut nager avec les dauphins, il faut apprendre à plonger et nager 🙂

      D’ailleurs, sur ce plan, on ne peut pas entrer en compétition avec eux : un coup de nageoire caudale et les voilà disparus sous l’eau ! C’est pour cette raison que je le pense toujours : s’ils ne veulent pas venir/rester, il leur suffit de s’éloigner (dans des conditions sauvages/normales bien entendu – pas quand il y a un véritable quadrillage de l’espace par une armada de bateaux de touristes).

      Concernant leur ressenti durant ces rencontres, je ne peux pas préjuger de ce que pensent les dauphins… Je vous livrerai donc simplement le mien. Je pense que quand les dauphins viennent nager autour de vous, ou plutôt en synchro avec vous, il y a une communication, de la curiosité et du jeu. En quelque sorte, vous êtes, vous aussi, un divertissement pour eux. Si vous êtes bon nageur/plongeur, vous avez une chance d’attirer leur attention – et je dirais même qu’à certains moments, j’ai eu l’impression qu’ils testaient mes aptitudes (forcément limitées !) en milieu marin. Ces moments durent quelques dizaines de secondes – minutes si vous êtes endurant ! – et, au vu de leur comportement, je n’ai pas eu l’impression de les déranger. Il est même arrivé qu’un dauphin revienne « me voir » (à plusieurs minutes d’intervalle) et reprenne le ballet aquatique. Ce sont des expériences extraordinaires.

      Ceci étant dit, je comprends et partage votre point de vue. Il ne faut pas encourager la nage avec les dauphins, très notamment à cause de toutes les dérives qui existent (Yvon Godefroid les décrit très bien dans cette interview par exemple : https://www.blog-les-dauphins.com/interview-yvon-godefroid/). Il convient même de faire en sorte de dissuader le plus grand nombre. C’est vrai.

      Pour autant, dire que les dauphins détestent qu’on viennent les voir (même de manière respectueuse et non invasive), que cela les perturbe gravement et nécessairement, et qu’ils ne cherchent qu’à fuir les humains… n’est pas vrai non plus. Ce n’est d’ailleurs pas en essayant de les poursuivre qu’on a une chance d’interagir avec eux mais plutôt en attirant leur attention (en plongeant en apnée par exemple). Mon ressenti sur ce point, c’est plutôt que c’est eux qui viennent à vous, s’ils en ont envie.

      Ceci étant, je précise à nouveau ici que je parle de nage avec les dauphins dans des conditions optimales – la condition la plus optimale étant une rencontre en dehors de tout groupe organisé, une rencontre par hasard. Si ces conditions optimales ne sont pas réunies, ne nagez pas avec les dauphins.

  11. Teli 12 avril 2013 at 0 h 18 min - Reply

    Bonsoir,
    Un blog ne pas nagé avec les dauphins est bien, surtout contrer le business payer pour nager avec les dauphins
    Mais comme dit Pierre dans des conditions optimales
    Ça change tout.
    Le blog de Pierre est parfait et je réitère mon opinion et les conseils sont précieux.
    Tout le monde peut un jour avoir la chance de jouer nager … avec des dauphins.
    Le chercheur doit continuer à prendre des leçons, car il n’a aucune idée sur le sujet et la comparaison est primaire.
    Malheureusement, il n’y a pas que les dauphins qui sont en danger, mais tous les océans avec les pêcheurs , la pêche massive avec des filet de plus de 50 mètres de profondeur..la pêche ala bombe interdite mais qui rapporte une tonne de poisson par explosion et qui ont déjà détruit les 80 pour cent des coraux dans les îles indonésiennes, les pétroliers qui polluent les mers, le réchauffement climatique et la fonte de la calotte glaciaire.
    Le monde marin est plus que perturbé et hélas de pire en pire.

    À voir rendez-vous en terre inconnue
    Isolée dans un village sur pilotis, la chanteuse Marianne James partage pendant quelques jours la vie des Bajaus, un peuple de pêcheurs nomades indonésiens.

    Résumé: Les yeux bandés, guidée par Frédéric Lopez, Marianne James embarque pour une destination inconnue. Après trois longues journées de voyage, la chanteuse se retrouve en Indonésie, dans l’archipel des Banggai. Frédéric Lopez lui présente alors ses hôtes : les Bajaus, une ethnie de pêcheurs nomades. Pendant la moitié de l’année, ils se sédentarisent et vivent, dans un petit village coupé du monde, dans des maisons sur pilotis. Ces mois sont exclusivement consacrés à la pêche et à la collecte des produits de la mer. Des conditions de tournage difficiles et la barrière de la langue ne semblent pas pouvoir freiner l’enthousiasme de Marianne James.

    Je ne veux pas m éloigné du sujet, car les dauphins sont pour moi des frères et soeurs de la mer
    Teli

  12. Teli 8 janvier 2014 at 20 h 50 min - Reply

    Bonne et heureuse annee 2014 a tous les amoureux des dauphins
    Teli

  13. Oli 5 février 2016 at 23 h 37 min - Reply

    J ai vécu l expérience en 2014 à Maurice. Je pensais vivre un instant magique . Notre société etait assez sérieuse car ils refusaient de s approcher trop près des dauphins et ils ont voulu partir quand trop de bateaux arrivaient. Mais c etait un vrai spectacle de désolation. J en avais si mal au cœur!!!! Cela devait être magique et j’en garde un si mauvais souvenir… Des bateaux leur fonçaient dessus au risque de les percuter, les touristes sautaient sur eux de leur bateau . Il y avait un bébé Dauphin en plus…. Il y avait de plus en plus de bateaux et nous somme partis. Je voyais au loin plein de bateaux arriver et je pensais a ces pauvres dauphins qui viennent ici pour se reposer. Du bruit des remous tous les jours ,tous les jours et sans cesse. Rien que de raconter cette histoire me replonge dans ces tristes souvenirs…. Plus jamais je ne ferai une telle chose….

  14. Beacco 1 novembre 2016 at 11 h 44 min - Reply

    Bonjour j’aimerais offrir le plaisir à ma compagne d’ aller à la rencontre des dauphins bien-sûr sans les déranger pourriez-vous me dire comment faire et me conseiller quelque chose de sérieux merci d’avance

  15. Pier 6 novembre 2016 at 21 h 08 min - Reply

    …la part du hasard, il n’y a pas de certitude…
    A mon avis, le meilleur moyen est de naviguer à la voile ou à la pagaie, voir de nager en randonnée aquatique. Au pire peut-être demander à un plongeur local de l’accompagner pour une sortie !

Leave A Comment