L’Océan est ma maison, ce bassin est ma prison !

Home/La Dolphin Connection en action,  Actualités/L’Océan est ma maison, ce bassin est ma prison !

L’Océan est ma maison, ce bassin est ma prison !

ACTION ANNULEE – MERCI POUR VOTRE COMPREHENSION !

Action de sensibilisation en Loire Atlantique !

Ce 4 août 2012, à l’initiative de La  Dolphin Connection (Section Loire-Atlantique), une action de sensibilisation festive et bon enfant se tiendra sur la place Bougainville de St Brevin de 11h à 16h.

Son but est de faire connaître aux touristes mais aussi aux parents de jeunes enfants, la véritable nature des parcs marins et autres delphinariums, actuellement au nombre de 3 sur le territoire français. 

Nombreux sont en effet les touristes qui profitent de cette période estivale pour assister à des spectacles de dauphins dressés. Ils s’imaginent en toute bonne foi que les animaux exposés sont heureux. Ils pensent aussi que les delphinariums sont utiles, instructifs et qu’ils protègent les cétacés.

Il n’en est rien.

Les delphinariums sont des entreprises commerciales qui proposent des spectacles payants. Ces shows infantilisent et humilient les dauphins en les forçant à exécuter des acrobaties sous la contrainte de l’ennui et de la faim. On ne verra jamais un soigneur sans un seau de poisson. Si le dauphin n’exécute pas son tour, il n’aura rien à manger. S’il refuse de collaborer, il sera isolé, ce qui est la pire des punitions pour lui.

les dauphins captifs vivent rarement au-delà de 15 ou 25 ans. En liberté, leur moyenne d’âge est de 40 à 60 ans. Pourquoi ?

Parce que la vie en bassin est très pénible à supporter pour un animal sauvage fait pour nager plus de 100 Kms par jour, plonger sous 200m de fond et vivre en société de 12 à 1.000 individus. Même s’il est né captif !

En captivité, les dauphins sont régulièrement séparés de leur parents, enfants et amis. Ils doivent cohabiter dans un espace restreint avec des inconnus importés d‘autres delphinariums. La violence due à la promiscuité, l’oisiveté forcée, les maladies fongiques, gastriques, hépatiques et pulmonaires causées par les médicaments, le chlore et surtout le stress constituent les causes principales de la mortalité précoce des dauphins captifs. Beaucoup d’entre eux présentent des comportements aberrants (agressivité, hypersexualité, stéréotypies, voire même suicide) que l’on n’observe jamais chez les dauphins en mer.

Les bassins stérilisés où ils vivent sont totalement nus, afin de forcer l’animal à rester en surface. La plus grande piscine du monde ne représentera jamais que moins du 1/1000ième d’1% de l’espace naturel d’un dauphin libre ! Aucune plante aquatique, aucun poisson, aucun invertébré marin ne pourrait y survivre. Aucune vie sociale digne de ce nom ne peut y avoir lieu. Aucune recherche scientifique sérieuse ne peut y être menée.

Les delphinariums se livrent à des programmes d’élevage, souvent à l’aide de l’insémination artificielle. Le dauphin Tursiops n’est pourtant pas considéré comme une espèce menacée. De toute façon, aucun dauphin captif n’a jamais été volontairement remis en liberté par un delphinarium. En fait, ces programmes ne servent qu’à renouveler les stocks de dauphins clowns, la capture de dauphins libres étant interdite en France. Vu le faible succès des programmes de reproduction et la mortalité élevée, les delphinariums européens s’approvisionnent souvent auprès de parcs marins situés dans des pays où la capture des dauphins est autorisée (Cuba, Japon, Russie, Iles Salomon, etc.)

Les delphinariums ne fournissent aucune information sérieuse à leur public concernant la prodigieuse intelligence, la conscience de soi, l’altruisme, l’usage d’outils, les cultures, les dialectes ou la vie sociale sophistiquée des dauphins. Ils ne disent pas non plus que de nombreux scientifiques estiment aujourd’hui que les dauphins sont des «personnes non-humaines» et qu’à ce titre, il est immoral de les tuer, de les garder prisonniers ou de les faire se reproduire comme du bétail.

Bien au contraire, les delphinariums désinforment systématiquement les enfants en leur faisant croire que les dauphins ne sont que de gentils toutous.

Pourtant, les parents désireux de montrer des dauphins à leurs enfants peuvent trouver facilement en France des entreprises de whale-watching respectueuses de l’environnement qui les emmèneront au large voir de «vrais dauphins » pour une somme modique. L’expérience que leurs bambins vivront sera infiniment plus forte, plus émouvante et plus inoubliable que celle laissée par le spectacle de cétacés  clowns vus depuis un gradin pendant une demi-heure !

Voilà ce que les membres de La Dolphin Connection veulent expliquer aux vacanciers et aux parents de jeunes enfants. Ce ne sera pas toujours un dialogue facile, car la propagande des delphinariums est bien faite et très convaincante, comme toute publicité commerciale.  

Rendez-vous à St Brévin le 4 août, entre 11 et 16h !

C’est pourquoi nous invitons les vrais amis des dauphins de la Loire Atlantique à rejoindre les militants de La Dolphin Connection sur la place Bougainville de St Brévin. Tous ensemble, nous ne serons pas de trop pour transmettre aux vacanciers ce message simple et tellement évident :

«Comme nous, les dauphins aiment vivre libres avec leurs familles et leurs amis dans leur propre monde. Ils n’ont commis aucun crime et ne méritent pas d’être emprisonnés jusqu’à la mort dans un bocal ! »

Merci d’avance de diffuser cette information sur vos blogs, comptes twitter et autres pages Facebook !

About the Author:

Co-fondateur de l'association La Dolphin Connection, militant pour les delphinidés et la vie dans les océans depuis des années.