Tilikum, « reproducteur en chef » des orques de SeaWorld…

Home/Delphinariums et dauphins captifs,  Actualités/Tilikum, « reproducteur en chef » des orques de SeaWorld…

Tilikum, « reproducteur en chef » des orques de SeaWorld…

Tilikum, l’orque qui a tué sa dresseuse Dawn Brancheau en Février 2010 au SeaWorld d’Orlando, est depuis isolé de tout contact et ne fait même plus partie du spectacle phare du delphinarium (Believe). En revanche, Tilikum fait partie du programme de reproduction par insémination artificielle. Il est d’ailleurs à l’heure actuelle, le seul mâle adulte et l’orque reproducteur "en chef" de SeaWorld.  Nous venons de trouver cet article sur le site The Orca Project, dirigée par Colleen Gorman, cette femme courageuse, avec qui nous gardons contact pour suivre l’histoire de Tilikum en Floride.

Comment SeaWorld s’y prend pour masturber leurs orques bien disciplinés ? Le rockeur Tommy Lee répond: "Avec des vagins de vache", et il semblerait qu’il ait en partie raison.

Tommy Lee, le batteur de Motley Crüe Tommy Lee n’avait pas complètement tort quand il mentionnait l’utilisation de vagins de vache dans le programme d’insémination artificielle de SeaWorld. Cette information était seulement un peu datée. Dans une lettre qu’il a envoyé le 7 Décembre à SeaWorld, le batteur du groupe Mothley Crüe écrivait au président du parc à thème marin de Floride, SeaWorld, pour se plaindre à propos de la façon dont il traitait l’un de leurs orques.

Dans la lettre, publiée sur TMZ.COM, Lee se plaignait du fait que l’orque du nom de Tilikum est gardé loin du regard du public et dans un bassin trop petit pour lui, parce qu’il est "leur banque de sperme en chef".

Fred Jacobs, le vice président de la communication de SeaWorld, a riposté à Lee le lendemain : "La procédure de collecte de sperme pour l’insémination artificielle ne diffère d’aucune manière significative des techniques employées dans la gestion du bétail ou d’autres espèces dans le cadre d’’expositions zoologiques."  Mr Jacobs ajoute: "Quelque soit son point de vue sur SeaWorld, il serait sage que M. Lee passe plus de temps à vérifier ses faits."

Mais quels sont les faits ? Le Orca Project a consulté quelques anciens dresseurs pour en apprendre davantage sur le programme d’Insémination Artificielle (IA) et découvrir comment ils obtiennent les précieux échantillons, ou "or blanc", de  leurs orques.

La collecte de la semence de Tilikum

Nous savons tous que l’IA est une procédure par laquelle on collecte le sperme du mâle et qu’on l’insère dans le col de l’utérus d’une femelle, dans le but de la féconder par un autre moyen que le sexe. Chez l’humain, on appelle cette technique la “reproduction assistée”.

L’insémination artificielle est largement utilisée pour l’élevage, par exemple chez les éleveurs de bovins. La pratique de l’insémination artificielle a été développé par SeaWorld dans le but d’accroitre son stock de baleines-tueuses captives. Cela a permit à cette entreprise d’éviter les pratiques impopulaires et illégales de capture des orques sauvages ou de leur achat sur d’autres marchés, à des pays comme le Japon par exemple. Cette technique élimine également la nécessité coûteuse de transporter les orques entre les parcs dans un but reproductif.

En ce qui concerne les baleines tueuses, la semence est collectée chez un adulte mâle ayant été entrainé à éjaculer de façon volontaire. Le mâle, positionné sur le dos, et mis de côté le long du bord de la piscine est entrainé à présenter son pénis. Après avoir été collecté, on stocke le sperme et les ovules des baleines tueuses grâce à une technique connue sous le nom de "dépôt de ressources génome" .

Aux débuts de l’insémination artificielle chez les baleines tueuses, SeaWorld utilisait des vagins vache. Ceci dit, ils pouvaient très bien s’agir de vagins de vaches artificiels. La première fois que sont mentionnés les vagins de vache et l’IA, c’est dans un article intitulé "The Killer in the Pool" (“Le Tueur dans la Piscine”) de Tim Zimmermann dans Outside Magazine : http://outsideonline.com/outside/culture/201007/killer-whale-behavior-trainer-death-seaworld.html

Voici ce qu’on peut lire dans l’article :

"Très tot le matin, l’équipe de soin de l’animal prenait des vagins de vache remplis d’eau chaude et masturbait l’animal dans les bassins arrières", dit John Hall, un ancien scientifique de SeaWorld. "C’était plutôt intéressant de passer par là."

le_penis_d_un_orque De nos jours les vagins de vache ne sont plus utilisés, juste de bons vieux gants en latex et du lubrifiant. Un ancien dresseur d’orques de SeaWorld qui parla avec les plus fermes conditions d’anonymat, a partagé son experience:

"C’était rustique, des gants de latex et du lubrifiant, comme je me le rappelle. L’animal sait déjà comment se retourner. C’est une nécessité basique pour avoir accès à leur queue et leur appareil génital, et à d’autres types de reproduction. C’est un comportement bien récompensé, et les orques sont plutôt coopératif à vouloir se retourner. Quand ils sont "retournés" , la première approche consiste à stimuler manuellement leur appareil génital ( appliquer une pression autour de la fente où le pénis "vit") . Quand j’étais là on ramenait parfois d’autres orques dans le bassin pour stimuler l’orque subissant la session d’IA. Il était intéressant de constater que c’était souvent d’autres orques mâles. Si un gonflement survenait et plus tard une éjaculation, elle était récompensée par de la nourriture ou une stimulation manuelle. L’orque finissait par comprendre qu’on le stimulait de manière érotique. A travers de nombreuses sessions, le mâle est stimulé pour éjaculer. L’éjaculation est stockée dans un sac ou dans une bouteille en plastique Nalgene". (1)

Regardez cette vidéo pour voir comment se déroule la procédure :

Malgré ces images de mauvais goûts de dresseurs extrayant la semence manuellement du pénis de l’orque captif, le problème avec Tilikum et l’insémination artificielle est le manque de diversité dans la réserve génétique des orques captives. SeaWorld a assez utilisé l’insémination artificielle et la reproduction régulière avec Tilikum pour produire 10 baleineaux. Tilikum est le grand-père de 3 baleines juvéniles. A ce jour, SeaWorld est propriétaire de 19 baleineaux captifs dont 13 sont liés par le sang à Tilikum. Ce qui signifie que ce patrimoine génétique manque dangereusement de diversité. (Note: 5 des baleineaux nés captifs ne sont pas dans les parcs de SeaWorld.)

SeaWorld argumente : "Un composant critique d’un programme d’élevage réussi repose sur le maintien de la diversité génétique".

Seulement deux naissances par insémination artificielle ont été réussies, celles de Kohana (2002) et de Nakai (2001). Depuis que Kohana est né en 2002, 9 autres naissances ont eu lieu de façon naturelle. SeaWorld affirme sur son site internet "qu’avec le développement de l’insémination artificielle, la gestion de la diversité génétique est devenue plus facile". Pourtant 8 des 9 baleineaux nés depuis les naissances réussies par IA, sont liés par le sang à Tilikum :Ikaika, Skyla, Trua, Nalani, Malia, Sakari, le baleineau de Katina, Adan(le baleineau de Kohana) .

Le parc marin aime aussi à vanter à chaque début de leur spectacle "Believe" (Croire) que la reproduction d’orques captifs a conduit à 27 naissances dans les parcs SeaWorld depuis 1985. Mais souvent il est nécessaire de déplacer ces gros animaux entre les aménagements. Parmi ces 27 naissances, 8 baleineaux sont morts (sans inclure les fausses couches ). Mais bien sûr, SW ne parle pas du "taux de mortalité" pour des raisons, facilement compréhensibles, liées aux relations publiques. Actuellement, ils se réjouissent de la lueur de leur nouvelle arrivée, la naissance en Octobre 2010 d’un  orque mâle . Cela n’était pas arrivé depuis un moment.

Les orques décédées à Seaworld Si on n’y regarde de plus près il serait plus juste de dire que la reproduction de Tilikum est hautement non-éthique, en se basant, au minimum, sur ces  4 considérations :

1. Ses agressions connues et documentées  envers l’être humain- qui ont conduits à 3 morts en 20 ans.

2. Le nombre de mort-nés et de morts de juvéniles comparé au nombre de ses descendants qui ont survécu.

3. Deux mères sont mortes en donnant naissances aux baleineaux de Tilikum,
dans des circonstances similaires.

4. Le manque de diversité génétique chez les orques de SeaWorld si l’entreprise continue sur cette voie, en faisant de Tilikum et de la progéniture de Tilikum ses principaux animaux de reproduction.

Il est hautement irresponsable de continuer à faire reproduire Tilikum considérant ces faits connus. Aucun programme de reproduction réputé dans toute industrie utilisant d’autres animaux – l’élevage du boeuf, l’élevage de vaches laitières, de chevaux, de chiens, de chats de race, etc. – continuerait d’utiliser un seul animal comme leur principal reproducteur en considérant ces faits.

Source :

The Orca Project : How Does SeaWorld Masturbate their Stud Killer Whales? Rocker Tommy Lee Says “Cow Vaginas” And He Is Almost Right.

A lire :

Outside Inline : The Killer in the Pool

Cet article de Tim Zimmermann nous apprend comment est née l’industrie des parcs à thème avec des orques, et comment Tilikum est passé par SeaLand avant d’arriver à SeaWorld dans les années 90, pour finalement parler de ces fameux vagins de vache ; cette industrie de l’insémination artificielle commença en 1985 à SeaWorld.

(1) J’ai regardé ce qu’était le Nalgène : un composant chimique (et hautement cancérigène ! selon un site "vert", TreeHugger) utilisé pour la fabrication des petites bouteilles types bouteilles d’eau pour sportifs, mais également dans les biberons ! Evidemment dans un site qui vante ces produits, ils vantent également le Nalgène comme un étant un produit fantastique .

About the Author:

Bretonne de naissance, et habitant les côtes, la mer est pour moi un élément de tous les jours, magnifique et donc à protéger. Je m'en suis rendue compte finalement quand j'ai commencé à plonger à l'âge de 16 ans. Le monde sous marin devient une passion. Je regarde seulement les documents de National Geographic ou Ushuaia!!et avec passion...les tortues, les requins, les pieuvres, les baleines.. En parallèle je fais des études de langues étrangères et de traduction. L'eau et l'environnement sont aussi devenus des thèmes importants dans mon quotidien. Avril 2008: le film "Sharkwater" est dans les salles de cinéma.. révélation, prise de conscience, et début de facebook. Mon action se traduit donc par le partage des informations et la traduction de textes anglais / français pour toucher le plus de personnes possibles sur les problèmes rencontrés dans le milieu marin: espèces menacées, pollutions, et impact des activitées humaines sur l'Océan.

4 Comments

  1. Aline 15 janvier 2011 at 22 h 00 min - Reply

    Comment va Tilikum maintenant ? Dans quells conditions est-il détenu ? En cherchant sur le net j’ai trouvé des infos comme quoi il serait maintenu à l’isolement dans un bassin si petit qu’il peut à peine se retourner, est-ce le cas ???
    Si oui je trouve cela tellement cruel que je me demande si ce n’est pas pire que l’euthanisie, c’est de la torture…
    Jusqu’à présent je me demandais pourquoi ils ne confiaient pas la réhabilitation de Tilikum à une association qui saurait gérer et préparer son retour à la liberté. En lisant votre article je comprends que SeaWorld se fait encore beaucoup d’argent sur le dos de Tilikum en recueillant son sperme pour faire de nouveaux bébés orques et alimenter ainsi leurs différents parcs aquatiques. J’imagine qu’ils ne sont donc pas prêt à le confier à des spécialistes qui pourraient le préparer à être relâcher, c’est immonde…
    J’avais déjà lancé l’an dernier une pétition demandant à ce que Tilikum ne soit pas « puni » pour avoir tué sa dresseuse, comportement somme toute prévisible de la part d’un « killer whale » comme l’indique bien son nom en anglais, qui tourne en rond dans son bassin depuis plus de 10 ans.
    J’aimerais vraiment avoir plus d’information sur ce qu’il devient aujourd’hui pour essayer à nouveau d’agir. Quel sort SeaWorld lui a-t-il réservé ???
    D’avance merci pour vos infos, si vous en avez…

    • Josselyne Gattino 25 octobre 2014 at 23 h 44 min - Reply

      Aline,
      si tu savais comme je suis triste pour Tilikum et ces freres! JE SUIS REVOLTEE DEPUIS QUE J’AI VU BLACKFISH!
      revoltee de la cruaute humaine!
      REVOLTEE QUE TILIKUM SOIT ENFERME DANS CETTE BAIGNOIRE DE MERDE ALORS QU;IL DEVRAIT NAGER LIBRE DANS L’OCEAN!
      BON SANG IL N’Y A QUE LE FRIC QUI COMPTE!
      COMME TOI TOUS LES JOURS JE PRIE POUR QUE CES PARCS D’ATTRACIONS DE HONTE FERMENT LES PORTES!

      BOYCOTTER LES PARCS C’EST PROVOQUER LEURS FERMETURES!

      JE REVE QUE TILIKUM SOIT LIBRE AINSI QUE TOUS SES FRERES DANS LE MONDE SANS OUBLIER TOUS NOS AMIS LES DAUPHINS, LES PHOQUES …

      IL FAUT TRANSMETTRE LE MESSAGE ET SURTOUT NE PAS EMMENER LES ENFANTS A CES SOIT DISANT SPECTACLES, DANS CES CIRQUES OU LES ANIMAUX SOUFFRENT TELLEMENT!

      LES ENFANTS C’EST L’AVENIR, ET IL FAUT LEUR APPRENDRE LE RSPECT DE LA NATURE ET DES ANIMAUX, D’AILLEURS JE LES APPELLENT MES PETITS AMIS,QUI SONT LES ANIMAUX ?
      CHEZ NOUS NOUS SOMMES TOUS VEGETARIENS, ET VEGETALIENS!!

      TILIKUM LIBRES!!!!!!!!!!!!! ET TOUS SES FRERES!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Aline 16 janvier 2011 at 20 h 06 min - Reply

    Merci Pierre pour le lien.
    J’ai lu l’article et visionné les différentes photos/vidéos et je suis à la fois consternée et révoltée de voir mes craintes se confirmer.
    Mais que pouvons-nous bien faire contre les agissements d’une entreprise énorme comme SeaWorld (et d’autres), je me le demande…?

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.