Le delphinarium Attica Zoological Park en Grèce

Home/Delphinariums et dauphins captifs,  Actualités/Le delphinarium Attica Zoological Park en Grèce

Le delphinarium Attica Zoological Park en Grèce

Dès qu’il reçut ses premiers grands dauphins en 2010, ce tout nouveau delphinarium grec fut mis sous haute surveillance. 11 de ses 12 dauphins captifs avaient été importés du « Musée de la Mer », alors que ce delphinarium lituanien entreprenait d’importants travaux de rénovation avec l’aide de l’Union Européenne. Ses dauphins ont donc été expédiés en urgence à Athènes, sans avoir reçu la moindre autorisation CITES ni même l’accord du gouvernement grec

Le delphinarium mis en place par la Grèce pour accueillir les nouveaux venus n’a jamais reçu non plus de permis de construire. Le parc zoologique Attica a également prétendu que tous les dauphins qu’il prenait en charge étaient nés en captivité en Lituanie, ce qui était un mensonge : 3 d’entre eux au moins avaient été capturés en Mer Noire.

En Avril 2011, le Parti Vert (écologiste) grec a lancé une action de justice contre le Zoo d’Attica. Ce procès a donné lieu à une ordonnance provisoire interdisant les spectacles de dauphins et le fonctionnement du delphinarium du zoo. Une nouvelle loi était alors en cours d’examen, qui rendait illégal tout spectacle d’animaux sauvages, au cirque comme au zoo. Le ministère de l’Environnement, de l’Aménagement et des Travaux Publics a également condamné le zoo  à une amende de 1,5 M € pour avoir construit son delphinarium sans permis.

Toutefois, l’Attica Zoo a gardé ses 11 grands dauphins et les a utilisé par la suite pour des spectacles de divertissement, qu’il est convenu d’appeler «des présentations éducatives ».

Importation de Dauphin

Il est évident que ces shows n’ont absolument rien d’éducatif – pas plus en Grèce qu’ailleurs – car ils contraignent les dauphins à des comportements non naturels dans le seul but d’amuser les foules.

Le 7 août 2011, le zoo a pu annoncer fièrement la naissance d’un delphineau dans ses piscines, portant ainsi le nombre des détenus à 12.
Un autre enfant naquit l’année suivante, qui mourut peu après sans recevoir de nom.
Le zoo n’a rien communiqué à son propos, mais il semble qu’il s’agissait une fois encore d’un enfant de l’inceste, né d’un frère et d’une sœur eux-mêmes nés captifs, c’est-à-dire sans culture ni tradition morale.

Dauphins en grèce

En 2013, 7 de ces 12 dauphins furent renvoyés en Lituanie. Les 5 autres sont restés en Grèce, en toute illégalité.
Depuis la naissance d’Orion en 2011, le Zoo d’Attica possèderait donc aujourd’hui 3 dauphins mâles et 3 dauphins femelles, tous de l’espèce Tursiops ponticus (Mer noire) et tous nés en captivité.

La loi 4039/2012, articles 12 et 13, interdisant les spectacles d’animaux sauvages a finalement été votée par le parlement en 2012. Un amendement en faveur des zoos – et en faveur de celui d’Attica tout particulièrement – a été proposé par le Ministère du développement rural et de l’alimentation en 2014.

Aujourd’hui, la situation reste très confuse au Zoo d’Attica, où les dauphins sont toujours bien présents, mais ne sont pas supposés faire de shows… mais des spectacles éducatifs !  La Belgique affronte le même problème. Elle a interdit récemment toute exhibition d’animaux sauvages dans les cirques mais elle tolère cependant que 4 dauphins sauvages et 3 nés captifs de la première génération continuent à amuser les foules au delphinarium de Bruges.

Attica

Il faut insister sur le fait que la Grèce n’avait jamais possédé le moindre delphinarium avant juin 2010, alors que tous les pays d’Europe avaient cédé dès les années 60 à cette mode commerciale venue des USA.
Il a fallu qu’un  homme d’affaires français, ancien responsable de la revue Play Boy, se lance dans le business pour briser une tradition vieille de plusieurs millénaires.

Dans l’Antiquité, en effet, tant à Rome qu’en Grèce, les dauphins étaient des animaux sacrés que nul n’aurait songé à enfermer. Quiconque les blessait ou les tuait était puni de mort, car ils étaient les messagers du dieu soleil Apollon.

Le groupe politique Oikologoi Prasinoin, mené par Olga Kikou et l’Institute for Cetacean Research Pelagos, tentent aujourd’hui d’obtenir l’abolition complète de toute captivité de dauphins en Grèce.

Dauphins captifs

CETA BASE 

http://www.ceta-base.com/phinventory/ph_azp.html

WDC
http://us.whales.org/captivity-in-eu-greece

Dossiers complémentaires
https://www.blog-les-dauphins.com/la-cour-de-justice-grecque-interdit-les-spectacles-de-dauphins/

http://www.bornfree.org.uk/dolphfree/2.%20National%20and%20international%20campaigns/Report%20from%20Greece%20-%20Olga%20Kikou.pdf

http://www.ecogreens-gr.org/cms/index.php?option=com_content&view=article&id=2538

https://www.change.org/petitions/ban-cetacean-captivity-in-greece

Contacts locaux
http://gef.eu/partners/green-foundations-map/greece-green-institute/

http://www.pelagosinstitute.gr/en/pelagos/

Les dauphins dans l'antiquité

Retrouvez le dossier complet de la Dolphin Connection sur les delphinariums en Europe

About the Author:

Auteur du site Dauphin Libre et responsable de Free Dolphins Belgium, antenne de La Dolphin Connection en Belgique.

One Comment

  1. Chantal (Belgique) 7 juin 2014 at 1 h 22 min - Reply

    Quel dommage que cet enfer se soit ouvert! Mais pas étonnée que ce soit par un homme d’affaires (sais pas si play boy c’est vraiment traiter des affaires) français.

Leave A Comment