Libérer un dauphin: guide pas à pas de l’activisme envers les dauphins

Home/Delphinariums et dauphins captifs, La Dolphin Connection en action,  Actualités/Libérer un dauphin: guide pas à pas de l’activisme envers les dauphins

Libérer un dauphin: guide pas à pas de l’activisme envers les dauphins

Article original: « to free a dolphin – a step-by-step guide to dolphin activism » de Ric O’Barry – Dolphin Project

Traduction: SB, La Dolphin Connection

La première fois qu’on voit un spectacle de dauphins, ça semble vraiment être comme un jeu pour eux. Les dauphins sourient toujours, et ils rient aussi à leur manière – et nous aussi. Le public applaudit ces merveilleuses créatures – si intelligentes et débordantes d’énergie – qui réalisent de formidables tours pour nous.

La situation pourrait-elle être meilleure pour eux ?

Eh bien oui. Ca pourrait être mieux si c’était vrai. Le dauphin qui sourit et chacun de nous qui rit et passe un bon moment, tout cela comme si c’était la réalité. Mais regardons encore. Il s’agit en fait de business. D’abord on pense que c’est vrai, et je ne blâme pas les gens, parce que c’est magique, la magie du théâtre.

J’ai longtemps travaillé du côté show-biz des choses. J’ai aidé à capturer des dauphins pour le Miami Seaquarium et je les ai entrainés, en mettant au point un grand spectacle de dauphins bondissant et sautant à travers des cerceaux sur commande et faisant le clown dans des numéros amusants. J’ai même formé le plus célèbre de tous les dauphins, Flipper, qui a joué dans sa propre série télévisée et dans des longs métrages des années 1960, dont certains sont encore visionnés dans le monde entier. C’était un excellent travail et un défi quotidien, rester coordonner les scénaristes et les différents dauphins qui ont joué le rôle de Flipper.

Désillusion

Ce n’est que vers la fin de ma carrière d’entraîneur de dauphins que je me suis avoué qu’il y avait quelque chose de mal dans le fait d’utiliser des dauphins pour notre amusement. Ils ont une vie merveilleusement riche dans leur propre environnement jusqu’à ce que nous venions les sortir de la mer, leurs vies en tant qu’espèce remonte à 60 millions d’années. J’ai travaillé pendant un certain temps sur le bateau de capture du Miami Seaquarium qu’on utilisait pour aider à les sortir de l’eau alors qu’ils se débattaient et hurlaient pendant tout le trajet. Nous les avons ramenés à terre et les jetés dans un monde de fantaisie étranger – et pourquoi? C’était mon boulot. Si quelqu’un voulait me payer pour cela, sans doute, pensais-je, ce doit être bien. Je pensais vraiment ce que je faisais était acceptable. Je me suis même convaincu que les dauphins capturés avaient de la chance parce qu’ils seraient pris en charge par l’homme pour le reste de leur vie. Et écouter les gens rire et taper des mains quand les dauphins font des culbutes en l’air, n’y a-t-il pas des choses pires?

J’aurais pu rester dans l’industrie de la capture et de l’entraînement des dauphins et j’aurais pu gagner beaucoup d’argent avec ça. Mais quand la série Flipper s’est terminé, j’ai soudain eu beaucoup de temps pour réfléchir à ma vie jusqu’à présent, j’ai eu des nœuds à l’estomac. J’ai été choqué et dégoûté par ce que j’avais fait. Et j’étais également déterminé à stopper ça.

Oh, je savais que ce serait difficile. Peut-être même impossible. S’il m’avait fallu des années pour voir les dauphins tel qu’ils sont réellement et me rendre compte de ce que nous leur faisions subir, comment pouvais-je espérer que le public comprenne? J’étais payé à penser que ce n’était pas grave, bien sûr. D’un autre côté, je savais comment étaient vraiment les dauphins à l’état sauvage. La plupart des gens qui vont à des spectacles de dauphins croient que c’est du divertissement en famille. Comment pourrais-je amener quelqu’un à se rendre compte que ce n’est qu’un mensonge, une ruse conçue de toute pièce pour masquer notre impitoyable exploitation de ces magnifiques créatures?

miami-seaquarium_500w

Le Seaquarium de Miami

Comme n’importe quel autre business, l’industrie de la captivité des dauphins est basée sur l’offre et la demande. Tant qu’il y aura des gens pour acheter des tickets pour venir voir les spectacles de dauphins, les dauphins seront capturés dans la nature et entrainés à faire des numéros au milieu d’énormes gradins payants. Par conséquent, la clé pour mettre un terme à l’exploitation des dauphins est de toucher les consommateurs. Je suis sûr que si le public savait ce qu’il se passe réellement derrière les spectacles des dauphins captifs, la plupart des gens se révolterait contre ça. En d’autres termes, plutôt que d’acheter des billets pour voir les dauphins réaliser des numéros, ils seraient prêts à nous aider à les libérer.

Sensibiliser l’opinion publique à travers le monde, amener les gens à découvrir ce qu’il se cache derrière un spectacle de dauphins, c’est notre grand objectif. Et nous faisons des progrès dans l’ensemble, en gagnant dans certaines parties du monde et en perdant dans d’autres. Si les gens comprennent notre message, ils nous rejoindront. Je suis sûr de cela. S’ils peuvent se rendre compte que lorsque nous parlons « d’abus sur les dauphins« , nous n’entendons pas nécessairement par là qu’ils sont frappés ou négligés. Vivre en captivité est en soi un abus. Pour un dauphin sauvage, être capturé et plongé dans un bassin grand comme une tasse de thé, comment cela pourrait-il ne pas être abusif?

L’autre côté de la barrière et pourquoi ils nous détestent

Les propriétaires de spectacles de dauphins et les gens qui y travaillent ont un énorme avantage. En effet, beaucoup de gens aiment les spectacles. Ils sont amusés par les singeries stupides qu’on fait faire aux dauphins. Ou ils aiment les spectacles où l’animal est dominé par l’Homme, et plus l’animal est surprenant, plus ils aiment ça. Il y a des chances pour qu’ils ne comprennent jamais ce que nous essayons de faire. Mais beaucoup d’autres personnes sont à la limite. Elles nous écouteront, nous et leur propre cœur.

De l’autre côté, il y a beaucoup d’argent en jeu, des milliards de dollars. En tant qu’élite, ils font de l’argent et payent des impôts. Ce sont de bons citoyens. Ils font de la pub, ils soutiennent la chambre de commerce, et en ce qui concerne le gouvernement, les spectacles de dauphins sont juste un autre business imposable.
Mais c’est un business sale, et c’est la clé de notre victoire.

Comme beaucoup de gens sont amusés par les shows des dauphins, la clé de notre campagne est de leur montrer que ce n’est pas drôle, que c’est dégoûtant en fait. Si nous pouvions convaincre ne serait-ce qu’un tiers des personnes qui se rendent à ces shows que c’est en fait l’exploitation sous sa forme la plus impardonnable, les spectacles fermeraient demain.
Pourquoi nous haïssent-ils? Ils nous détestent parce que si nous réussissons, ils descendront en flammes.

Apprendre à connaître les dauphins

ricobarry_flipper_266w

Ric O’Barry et Flipper

Une des premières étapes dans le fait d’amener les autres à se rendre compte du problème est de connaître les dauphins à l’état sauvage. La différence la plus évidente et importante est que les dauphins sauvages ne portent pas de chapeaux rigolos, par exemple. Pas plus qu’ils ne sautent à travers des cerceaux, dansent debout sur leur queue, s’applaudissent avec leurs nageoires pectorales, ou font des bruits grinçants comme Flipper, la star de la télé.

Dans votre étude des dauphins, vous verrez que la majorité des dauphins captifs sont des grands dauphins de l’Atlantique (Tursiops truncatus). Ils vivent dans les eaux tempérées et tropicales du monde entier, pèsent 300 à 600 kilos et mesurent plus de huit pieds de longueur. Ils vivent en groupes appelés  » pods « , composés de plusieurs centaines  d’individus – des groupes de mâles habitués à vivre avec d’autres males; et des groupes de femelles vivant avec d’autres femelles et leurs petits – et ils nagent jusqu’à 40 miles par jour, la navigation, se socialisant, s’accouplant et recherchant des bancs de poissons pour se nourrir.

Les baleines (cétacés) sont divisés en 13 familles, qui sont composées d’environ 76 espèces. Quatre de ces 13 familles sont des baleines à fanons (mysticètes), celles qui nagent dans l’océan en le tamisant à la recherche de plancton (comme les petits crustacés et krill) pour manger. Toutes les autres familles sont des odontocètes, ce qui signifie qu’ils ont des dents. Ils utilisent ces dents non pas pour mastiquer d’ailleurs, mais pour attraper. L’une de ces familles, les delphinidés, est composée de 31 espèces, dont l’épaulard (orque), le dauphin commun, le marsouin, le dauphin à long bec et le grand dauphin (Tursiops truncatus), l’espèce à laquelle appartient Flipper.

Mais quand nous les voyons faire un spectacle de dauphins, que voyons-nous? Je vais vous dire ce que je vois. Je vois un dauphin désireux de faire et prêt à faire tout ce que le formateur veut lui faire faire. Et pourquoi? Parce qu’il a faim. Oui, les dauphins effectuent des tours parce que c’est à ces moments-là qu’ils sont nourris. L’une des premières choses qu’un dresseur apprend sur les dauphins c’est qu’ils n’exécutent pas immédiatement les tours, sauf s’ils ont faim. C’est pourquoi les dauphins sont nourris pendant le spectacle. Vous voyez le formateur siffler et remuer leur poisson à chaque fois qu’ils font quelque chose de bien. Et ils savent ce qu’ils sont censés faire, parce qu’ils ont été formés à prendre un poisson quand ils réalisent un tour correctement. En fait, ils commencent souvent le spectacle eux-mêmes quand ils ont faim. Les dresseurs appellent ça la méthode de la « récompense positive ». Du point de vue des dauphins, cependant, c’est la privation de nourriture. Si les dauphins se trompent et le coup de sifflet n’a pas résonné, cela signifie qu’ils n’ont obtenu aucun poisson en récompense.

Si vous comprenez la vie des dauphins en captivité, vous devez aussi commencer à voir le spectacle des dauphins avec toutes ses pitreries d’une autre manière. Ce n’est plus intelligent. C’est abusif. Lorsque nous comprenons que les dauphins font cela parce que c’est leur seul moyen de rester en vie, nous le voyons clairement pour ce c’est: de la domination. Nous faisons faire aux dauphins des choses stupides qu’ils ne feraient jamais dans la nature, parce que nous sommes amusés en dominant des individus sans défense et qui appartiennent à une autre espèce. Le pire, c’est qu’on enseigne aux enfants que c’est bien de se moquer et de manquer de respect à l’un des plus fabuleux êtres que la nature ait créés. La loi autorise cela parce que c’est censé être éducatif. Quelle blague! Mais la plaisanterie est pour ​​nous. Ces pauvres dauphins captifs, qui portent des chapeaux rigolos et sautent à travers des cerceaux, ne ressemblent en aucun point aux dauphins sauvages.

Le plus triste, c’est que nous avons permis à l’industrie du divertissement, non seulement à détourner une belle espèce en une parodie d’elle-même, mais aussi à en tirer profit.
Qu’advient-il des dauphins quand le spectacle est terminé et tout le monde est parti? La plupart des dauphins ne font rien du tout. Ils croupissent dans leur bassin ou d’une cage et attendent le prochain spectacle, donc le prochain repas.

Si vous éprouvez la même chose que moi à l’égard des dauphins, ce livret est pour vous. Vous voulez empêcher la création d’un delphinarium ou essayer d’en faire fermer un existant. Ou alors vous voulez arrêter la capture et le commerce (import et export) des dauphins. Ou bien encore peut-être voulez-vous simplement nous aider à passer le mot sur le sort des dauphins en captivité.

S’organiser

Les organisations de protection animale sont pratiquement partout, mais toutes ne travaillent pas sur ​​ le problème des dauphins captifs. Malheureusement, certains groupes postent simplement des informations à propos des dauphins captifs sur leurs sites Web pour récolter des fonds. Faites votre devoir et demandez-leur exactement ce qu’ils font sur ​​ce sujet. Connectez-vous à votre ordinateur et surfez sur le web, appelez les journaux, vérifiez auprès des hôtels de ville et des chambres de commerce les organisations qui travaillent déjà sur le type de campagne que vous souhaitez effectuer. Si vous en trouvez une, joignez-vous à elle. Si aucune des organisations que vous avez contactées ne travaille sur les dauphins captifs, peut-être pouvez-vous les amener à s’intéresser au démarrage d’une telle campagne.

ric-duisburg2En travaillant pour les dauphins ou pour toute autre cause, vous allez découvrir que vous avez besoin de communiquer avec certains organismes gouvernementaux, ainsi que les médias, les responsables de l’application des lois et les organisations civiques. Vous aurez besoin d’écrire à ces personnes de temps en temps, ils vont apprendre à connaître votre nom, vous aurez rendez-vous avec eux afin de parler dans leur bureau et, plus tard, peut-être, vous aurez la chance de les connaître assez bien pour pouvoir tout simplement passer si vous avez un problème particulier ou une question. Si vous avez de la chance, certaines de ces personnes peuvent cacher des partisans de la protection des animaux.

Si vous avez un problème particulier, quelque chose qui nécessite une attention immédiate, envisagez d’appeler les médias. Leur travail rend compte des problèmes particuliers.
Et n’oubliez pas les clubs civiques. Si vous aimez parler en public, tous les clubs civiques dans le monde sont à la recherche de quelqu’un intéressé dans le fait de leur parler. Si vous faites un bon travail lors de votre première intervention, ils voudront tous vous écouter. Il s’agit d’un excellent moyen de rallier de nouveaux membres à votre cause.

Composer avec la loi

La législation concernant la captivité des dauphins est différente dans chaque pays. Vous aurez à faire des recherches sur ce que dit la loi dans le pays auquel vous avez affaire. Si vous trouvez que c’est trop compliqué à faire, contactez un organisme de protection des animaux dans ce même pays. Ils seront plus qu’heureux de vous aider à trouver l’information que vous recherchez. En fait, ils ont probablement déjà la législation spécifique au dossier et peuvent vous l’envoyer dans un délai de quelques jours.

Dans certains cas, la législation relative à la détention de cétacés vous soutiendra dans vos efforts pour stopper un projet de delphinarium. Mais il faut savoir qu’il n’en est pas ainsi dans la plupart des cas.

Les médias

A moins que vous ne puissiez porter votre histoire au grand public, vous n’irez pas loin dans votre campagne. Vous avez besoin des médias pour cela. Mais ne parlez pas de « publicité ». Un reporter ou un journaliste d’un média n’est pas intéressé par votre publicité. Les journalistes sont intéressés par des informations ou une bonne histoire. Le journaliste vient à vous parce qu’il ou elle a besoin de faits pour l’histoire. Donc, vous devez exposer des faits. Ne devinez pas. N’offrez pas votre avis, vos soupçons, ou votre espoir comme un fait. Et si vous ne connaissez pas la réponse à une question, dites-le. Mais si vous savez quoi que ce soit que le journaliste a besoin de savoir, dites cela. Soyez utile et honnête.

Ne pensez même pas à manipuler la presse. Vous ne voulez pas être manipulé, n’est-ce pas? Eh bien, les journalistes non plus. Et ils savent immédiatement lorsque vous essayez de les manipuler. Au lieu de cela, pensez à faire passer l’information au public. C’est ce que le journaliste pense. Ne vous trompez pas sur ce que le journaliste devrait faire. Il / elle n’est jamais à la recherche de la vérité. Deux et deux font quatre, c’est vrai, mais le journaliste ne l’écrit jamais. Le journaliste est à la recherche d’une bonne histoire. Mais seulement si elle est vraie. Si vous l’aidez, le journaliste vous en sera reconnaissant en faisant appel à vous dans le futur.

Allez droit au but. Et ne soyez pas surpris si les médias ne sont pas de votre côté ou même justes. Ils écoutent généralement toutes les parties d’une controverse et parfois ils pourraient favoriser l’autre côté. Rappelez-vous que la plupart des aquariums et parcs d’attractions dépensent une fortune en publicité dans les médias locaux, les journaux et les chaînes de télévision qui ne veulent pas s’aliéner leur client.

Donner du fond

RichardOBarry_portLorsque vous fournissez des informations à un journaliste, donnez-lui le contexte et les données disponibles qui appuient la véracité de votre histoire. Si vous parlez de la loi sur les dauphins, par exemple, reconnaissez que la loi ne reflète pas notre point de vue sur la violence et que nous nous efforçons de changer cela. De notre point de vue, la captivité est abusive en soi. Mais dans un climat de violence, la captivité comme une forme de violence semble être invisible pour beaucoup de gens. Notre campagne consiste à les amener à voir ce que nous voyons. Nous voulons qu’ils se rendent compte que maintenir des dauphins en captivité est un abus de pouvoir. Les dauphins ne sont pas volontaires pour être des clowns dans notre monde. Ils ont été capturés dans une vague de violence et plongés dans un business pour amuser les gens, un monde où ils doivent jouer au fou pour rester en vie. Certains de ces dauphins sont nés dans ce métier de mort certaine.

Jusqu’à ce que la loi soit modifiée, tout ce que nous pouvons légalement faire est de déclamer contre la captivité et de prendre note des plus évidentes sortes d’abus. Si vous deviez voir un dresseur donnant des coups de pied à un dauphin, ce serait clairement abusif. Cependant, ne vous attendez pas à voir un abus de ce genre. Un dresseur donnant des coups de pied à un dauphin serait congédié. Et la plupart des dresseurs ne rêveraient pas de donner des coups de pied à leurs dauphins.

Ce n’est qu’une question d’argent

Retour en 1938, quand l’exploitation des dauphins a soudainement fait irruption sur la scène du Marine Studios à Saint-Augustine, en Floride, Etats-Unis, le public a payé quelques dollars par personne et s’est assis dans les gradins pour regarder les dauphins faire leurs tours. Maintenant, ils ont trouvé quelque chose de beaucoup plus rentable à faire avec les dauphins. Désormais, on peut « nager » avec eux. Ce n’est pas vraiment nager, bien sûr. Les clients se relaient en s’accrochant à la  dorsale des dauphins et en se faisant tirer autour du bassin.

Ma femme Hélène et moi avons participé à un programme de nage dans les Caraïbes en Mars 2001. Les clients pénétraient dans le bassin par groupes de six à la fois pour rencontrer deux dauphins qui les attendaient, tandis que trois autres se tenaient en standby. Les périodes de bain ont duré moins de 15 minutes chacune. Exception faite de courtes pauses où les dauphins pouvaient faire le spectacle, le programme de nage où nous étions tournait à plein régime, avec de la musique techno assourdissante, et ce de 9 heures à plus de 20 heures.

Est-ce abusif ?

Oui, horriblement !

C’est également très rentable, ce qui explique que les programmes de nage poussent comme des champignons.

Si on fait le calcul, nous avons des dauphins avec six personnes toutes les 15 minutes. C’est 24 personnes à l’heure. Si cela continue pendant 11 heures, les dauphins travaillent 264 sessions payantes en une seule journée. Et à 65 $ par session, cela représente 17.160 $.

Mais ce n’est pas tout. Trois photos sont prises pour chaque personne qui nage avec les dauphins. Celles-ci coûtent 7$ chacune. En supposant que chacun des 264 nageurs achète une photo, ça représente 1848 $, ce qui porte le total à 19 008$ par jour.

Et comme si cela ne suffisait ne suffisait pas pour les propriétaires du show. L’année suivante, ils ont augmenté le prix de 65$ à 75$.

D’accord, nous voulons tous faire du profit. Mais s’il vous plaît! Pas comme ça.

Gérer les questions délicates

On vous posera un certain nombre de questions à l’annonce de votre opposition à la captivité des dauphins. Dans de nombreux cas, un journaliste qui a d’abord interrogé « le camp adverse » va vous poser des questions comme celles-ci:

Q: Qu’en est-il des « cas particuliers » tels que Make-A-Wish Kids? Ce sont des enfants qui meurent de maladies comme le cancer, et leur souhait final est de nager avec un dauphin. N’ont-ils pas de bénéfice à nager avec les dauphins?

R: Ils auraient tout autant de bénéfice en ayant un chiot de la fourrière. Il n’existe aucune preuve scientifique qui appuie l’affirmation selon laquelle la Delphinothérapie Assistée fonctionne. Même s’il y en avait, ça ne pourrait pas justifier la cruauté envers les animaux sur laquelle sont basés ces programmes.

Q: Les enfants qui vivent en centre ville ne pourraient jamais voir de dauphin, n’est-ce pas ?

R: Ces mêmes enfants ne verront jamais un léopard des neiges.

Q: Si les dauphins n’étaient pas sur le devant de la scène, comment les gens apprendraient-ils à prendre soin d’eux ou à les protéger?

R: Ca n’a pas de sens! Les baleines à bosse sont protégées par des gens qui ne les ont jamais vues en captivité.

Q: Pourquoi le maintien de quelques dauphins en captivité pose-t-il problème? Ils sont des millions à l’état sauvage.

R: C’est abusif, c’est cela qui pose problème. Il ya des millions de femmes et d’enfants sur Terre aussi, mais cela ne signifie pas qu’il est normal de maltraiter quelques-uns d’entre eux.

Recueillir des faits

Comme notre valeur en tant qu’organisation est basée sur les faits que nous recueillons, nous allons examiner comment les faits sont rassemblés. Lisez des livres sur les dauphins et prenez des notes. Quand vous lisez les journaux et les magazines, découpez les articles qui se rapportent aux dauphins. Cela vous aidera à en apprendre davantage à leur sujet. Développez un système de fichiers et datez les entrées dans vos dossiers. Lors de la collecte des faits, recueillez des faits complets, qui comprennent exactement qui a fait quoi à qui et quand. Tout ce que vous apprenez sur le sujet peut être mis dans les fichiers et datés. De temps en temps, vous voudrez peut-être faire des sous-dossiers et une clé, ce qui vous permettra d’accéder directement à un élément particulier.

Dans vos lectures, vous allez courir après les noms des personnes qui sont citées à propos des dauphins. Recueillez leurs noms et ce qu’ils ont dit dans les articles. Plus tard, vous pourrez les appeler pour vérification et pour de plus amples informations.

ric-obarry-dolphinsaverRecueillir des faits sur le terrain sur les dauphins en captivité est parfois assez difficile parce que vous ne pouvez pas être sûr que les noms des dauphins sont corrects. Les petits propriétaires de shows de dauphins ambulants et même le plus grand, le plus prestigieux des delphinariums sont connus pour substituer un dauphin pour un autre moment qui leur convient. Apprenez à reconnaître les dauphins individuellement. Vérifiez leur nageoire dorsale, par exemple. Les nageoires dorsales chez les dauphins idéaux les sont toujours parfaites. Mais les nageoires dorsales de dauphins réels sont souvent imparfaites. Notez la taille générale du dauphin, ses yeux et l’état ​​de sa peau. Beaucoup ont des entailles et des cicatrices.

Ne soyez pas dupé par des traces de griffures. Lorsque les dauphins jouent ou se battent entre eux, leurs dents laissent temporairement des éraflures superficielles sur le côté de la peau de leurs congénères, ce sont des marques comme si vous aviez griffé avec vos ongles du côté vers le bas. Ce ne sont pas nécessairement des mauvais traitements, cela arrive avec des dauphins dans un bassin, tout comme dans la nature. Mais concernant d’autres signes vous pouvez faire des photos pour vérification si vous en avez besoin. Prenez une caméra vidéo avec vous pour enregistrer ce dont vous parlez.

Eviter les pièges

Au fil des années, nous avons travaillé avec de nombreux militants, dont certains appartiennent à la catégorie de personnes qui, sans connaître beaucoup de choses sur les dauphins, ont un fort sentiment que les dauphins n’appartiennent pas à la captivité. Afin de les aider à être plus efficaces dans leur tentative d’éduquer le public sur les dauphins captifs, nous avons d’abord formé les militants. Afin de savoir quels types d’erreurs font le plus fréquemment les militants la première fois, ce qui suit se veut une aide pour éviter certains des pièges les plus courants.

1. Connaître les espèces de dauphins

Lors de la création de la fiche d’un dauphin pour vos partenaires, le grand public et les médias, il est important que les informations que vous fournissez soient factuelles. Comme mentionné précédemment, il existe environ 76 espèces de dauphins et elles sont toutes différentes. Renseignez-vous sur les caractéristiques spécifiques de l’espèce de dauphins dont vous parlez en particulier. Votre campagne vise-t-elle à la fermeture d’un établissement détenant des grands dauphins? Ou bien votre campagne tend-elle à empêcher l’importation d’un dauphin à flancs blancs du Pacifique ou d’un bélouga? Assurez-vous que votre fiche de renseignements fournit des informations sur les espèces de dauphins dont vous vous occupez.

Juste un exemple:

« Les dauphins sauvages nagent nature jusqu’à 100 miles par jour. »

Cette déclaration ne dit pas au lecteur de quelle espèce de dauphins nous parlons. Je sais que la déclaration provient d’une brochure qui vise à fournir des informations sur le grand dauphin. Mais les grands dauphins ne nagent pas jusqu’à 100 miles par jour. Cette information s’applique à une autre espèce de dauphins, l’orque, également connu sous le nom d’épaulard.

Une erreur de ce genre est très regrettable, car elle sape votre crédibilité. Vous n’avez pas besoin d’être un biologiste marin pour parler intelligemment des dauphins, mais il est indispensable de connaître la différence entre les caractéristiques de base d’un dauphin et d’une orque.

2. Connaître les problèmes des dauphins

Une autre erreur courante quand on est militant est d’être induit en erreur par la tentative délibérée de l’industrie des dauphins captifs à confondre les problèmes des dauphins. Par exemple, les delphinariums se servent de la relation thon-dauphin pour justifier l’exploitation des dauphins. Ils disent que les pêcheurs tueraient les dauphins dans leurs filets de thon si les gens ne pouvaient pas les voir de près et en personne. « On n’aime que ce que l’on connaît », c’est leur argument. Mais les espèces de dauphins qui sont attrapées dans les filets de thon sont le dauphin à long bec et le dauphin tacheté; pas les grands dauphins qui sont exposés dans les bassins. En outre, vous devez être conscient de ce qui suit: sept à dix millions de dauphins ont été tués par l’industrie du thon au cours de ces dernières années. Les écologistes ont lancé un boycott du thon en conserve qui a duré plusieurs années. Pendant ce temps, les parcs marins n’ont rien fait pour sensibiliser le public à la question du thon et des dauphins. En fait, vous pouviez acheter un sandwich au thon ou au poisson dans la plupart des delphinariums! Je pense qu’ils ne voulaient pas perturber la complaisance de leurs hôtes payants qui étaient là pour leur amusement occasionnel. Par conséquent, il est ironique de constater que l’industrie des dauphins captifs tente désormais de se créditer dans la résolution le problème de thons et des dauphins.

3. Utiliser la régulation des Etats-Unis comme un modèle à suivre

Au fil des ans, j’ai été contacté par de nombreuses personnes qui voulaient empêcher un projet de delphinarium de voir le jour dans leur pays. L’une des premières choses qu’ils m’ont demandées est: « Ne peut-on pas l’arrêter en faisant valoir que cette nouvelle installation ne correspondra pas aux normes américaines et est donc en dessous des normes? »

La réponse est non. Aux États-Unis, l’agence gouvernementale qui établit les normes pour la détention de cétacés en captivité, tels que l’espace requis, est le département américain du Service de l’Inspection de l’Agriculture Animale et Phytosanitaire (APHIS). Selon ses règles, il est légal de maintenir un dauphin dans un enclos qui ne mesure pas plus de 30 pieds par 30, et 6 pieds de profondeur. De quel genre de norme s’agit-il? Toute installation de dauphin captif peut facilement dépasser cela. Les normes pour garder des dauphins en captivité aux États-Unis ont été faites par des scientifiques spécialisés en mammifères marins et des vétérinaires qui travaillent pour l’industrie du dauphin captif. Ces bassins de dauphins et les cages n’ont pas été conçus dans le meilleur intérêt des animaux. Ils ont été conçus dans le meilleur intérêt de ceux qui tendent à tirer profit de l’exploitation des dauphins captifs. Ne vous attendez pas à ce que les organismes gouvernementaux des États-Unis prennent la bonne décision quand il s’agit de dauphins en captivité. La ligne de fond est la suivante: Le système ne fonctionne pas.

4. Le piège du « Si nous faisons quelque chose, faisons-le bien »

ricinbruges_200w« Quel est l’espace requis pour que des dauphins en captivité soient heureux? » est une autre question que nous posent souvent les militants la première fois. Ils veulent utiliser cette information pour discuter avec les autorités et argumenter que la taille des bassins de l’établissement contre lequel ils se battent est trop petite et qu’ils doivent donc être fermés ou au moins agrandis. Mais tout bassin ou enclos est trop petit pour un dauphin. Les dauphins sont des mammifères marins qui en liberté nagent normalement jusqu’à 40 miles par jour. Notre travail n’est pas de faire agrandir une cage. Il s’agit de l’abolir. Donc, la réponse à la question est simple: le seul habitat qui réponde aux besoins d’espace d’un dauphin est l’océan ouvert.

5. Les statistiques

Il ya eu beaucoup de débats sur la longévité des dauphins en captivité par rapport à celle des dauphins à l’état sauvage. Certaines organisations de protection des animaux publient des statistiques de mortalité, comme si elles étaient fondées sur des faits incontestables. Par exemple, elles vous diront que la durée de vie moyenne des dauphins en captivité est d’environ 5 ans contre 45 ans pour ceux qui vient dans la nature. Cette affirmation est extrêmement trompeuse, tout d’abord parce qu’elle confond durée de vie moyenne et longévité maximale: selon certains chercheurs, 45 ans est la longévité maximale des grands dauphins à l’état sauvage, et non la durée de vie moyenne (espérance de vie). Deuxièmement, personne ne connaît vraiment exactement la durée de vie moyenne des dauphins en captivité. Afin de connaître cette information, il faudrait avoir accès aux dossiers de chacun des dauphins qui a vécu en captivité dans le monde depuis 1938, que ce soit par le biais d’une capture ou par l’intermédiaire d’élevage en captivité. Il faudrait connaître l’heure exacte de la capture ou de la naissance et l’heure exacte de la mort. Il est tout simplement impossible de recueillir cette information car l’industrie des dauphins captifs ne la tient pas à notre disposition. Qui plus est, même si les faits avéraient que les dauphins ne vivent environ que cinq ans en captivité, cela ne nous dirait rien sur l’âge des dauphins au moment de leur mort. Comme vous pouvez le voir, cela n’a aucun sens de comparer la durée de vie moyenne et l’espérance de vie maximale comme cela a été stipulé dans la déclaration ci-dessus.

Cependant, la plus grande erreur en mettant autant l’accent sur l’espérance de vie d​es dauphins captifs par rapport à celle des dauphins sauvages, c’est le fait que cela réduit le problème à la question « combien de temps peut vivre un dauphin en captivité? ». C’est comme dire que si l’industrie des dauphins captifs pouvait garder ses dauphins vivants pour un certain laps de temps, alors il n’y aurait aucun problème quant à la capture et au confinement de ces animaux. Mais la durée de vie d’un animal ne peut pas être utilisée pour mesurer son bien être. Le problème des dauphins captifs n’est pas la durée de vie, mais sa qualité, et cela ne relève pas de la science, mais de l’éthique.

6. Dauphins nés captifs versus dauphins capturés

« Si les delphinariums utilisaient uniquement des dauphins nés en captivité, alors il n’y aurait pas de problème », est un autre piège classique. Nous sommes conscients que certaines installations de dauphins captifs tentent de paraître politiquement correctes en mettant l’accent sur les dauphins en captivité. Mais nous nous opposons fermement à l’élevage en captivité. Il est impératif de prendre en compte l’éthique et la valeur éducative de la reproduction des dauphins en captivité. Certains dauphins ont été confinés dans les mêmes murs dénudés d’un bassin en béton durant leur vie entière. Ils pensent que le toit est le ciel et n’ont jamais connu les plus simples éléments de la nature, tels que le rythme naturel des vagues, le soleil ou la pluie. Ils n’ont jamais nagé en ligne droite aussi longtemps qu’ils l’auraient désiré; pas plus qu’ils n’ont été en mesure d’utiliser leur vitesse, leur intelligence, leur sonar et leur sens de la coopération pour attraper des poissons vivants. Ce sont des marionnettes que nous avons créées pour nous divertir et qui n’ont aucune valeur éducative positive.

7. Delphinothérapie assitée

N’acceptez jamais l’utilisation de dauphins pour ce qu’on appelle la Delphinothérapie Assistée (DAT). La DAT est devenue une activité lucrative au cours de ces dernières années et constitue une grave menace pour le bien-être des dauphins, dans le sens où elle est responsable de nouvelles captures violentes de dauphins partout à travers le monde.

La DAT tire profit des parents désespérés et vulnérables qui paient de grosses sommes d’argent pour offrir à leurs enfants malades ou handicapés ce que l’industrie milliardaire des dauphins captifs annonce comme une expérience d’amélioration de vie grâce au dauphin. Mais il n’existe aucune preuve scientifique pour appuyer l’affirmation selon laquelle passer du temps dans un bassin ou un enclos de mer avec des dauphins a un effet curatif sur les gens. Même s’il y en avait, cela pourrait-il vraiment justifier le lourd tribut que les dauphins payent pour notre désir de nous rapprocher d’eux? Nous trouvons qu’il est fondamentalement hypocrite de capturer et confiner les dauphins – détruisant ainsi leur qualité de vie – pour tenter d’améliorer la nôtre.
Lorsque l’on considère comme acceptable le fait d’utiliser ou non des dauphins pour soigner les gens, il est important de noter les points suivants:

Les dauphins sont des mammifères marins libres, sociaux, sonores, et très intelligents. L’immensité et la diversité biologique de la haute mer ne peuvent pas être reconstituées dans un bassin ou dans un enclos en mer. Par conséquent, la complexité du répertoire comportemental d’un dauphin ne peut pas être adapté à la captivité. Sur la base des connaissances actuelles de la physiologie sophistiquée et du sens émotionnel très développé des cétacés, il faut conclure que le confinement des dauphins et autres baleines dans un petit espace entraîne inévitablement le stress chez ces animaux. Cet effet négatif de la captivité est renforcée par le fait que les dauphins utilisés dans les programmes de nage avec les dauphins et les programmes de DAT doivent être formés par des moyens de contrôle par la nourriture pour supporter la pression constante qu’induit leur utilisation en tant qu’animaux de compagnie et “guérisseurs”.

Il n’est guère surprenant que les dauphins utilisés dans les programmes de rencontre aient démontré des comportements agités et agressifs compte tenu des conditions stressantes de détention et des interactions forcées avec les gens. Ces comportements ont entraîné des blessures envers les nageurs. Un animal frustré qui pèse entre 300 et 400 livres peut causer de graves blessures à un être humain, et ces blessures sur l’homme prennent la forme de lacérations, morsures, lésions internes, os brisés ou chocs.

ric-demo_400w

Préoccupations juridiques

L’astuce consiste à dénoncer les coupables autant que possible, sans jamais être poursuivi.

Au cours des entretiens et dans les documents imprimés, ne laissez jamais votre enthousiasme aller au-delà des faits. Pas plus que vous ne devriez assumer l’exactitude du document cité trouvé dans les médias. Il serait juste de dire que John Doe a été cité disant « ceci ou cela » dans une certaine édition d’un journal périodique, mais pas qu’il l’a vraiment dit. Si vous avez besoin de savoir s’il a effectivement dit ou non quelque chose, vous devriez vérifier directement auprès de lui. Et quand bien même, ça ne tiendrait pas nécessairement la route lors d’un interrogatoire devant un tribunal sauf si vous pouvez le prouver avec un témoin.
Attention à la diffamation. Mais ne soyez pas paralysé par cela. Je ne suis pas un avocat, mais j’ai une théorie de travail sur les déclarations diffamatoires aux États-Unis: si vous vous en tenez aux faits et que vos motivations sont pures, ne vous inquiétez pas pour ça.

La notion de diffamation est trop compliquée à examiner, si ce n’est d’une manière superficielle. Vous devez savoir, cependant, que la diffamation n’est pas simplement une fausse déclaration. Personne n’est parfait. La diffamation est une déclaration qui est publiée (au sens « distribuée au public« ) et qui atteint la réputation de quelqu’un (la réputation est ce que les autres pensent de vous). Ce que vous écrivez dans une lettre privée n’est pas diffamatoire car ce n’est pas publié. Vous ne pouvez pas non plus diffamer des morts ou toute personne ayant une mauvaise réputation. Et il est très difficile de diffamer un personnage public, la raison étant qu’il s’est lui-même exposé au regard du public et doit prendre le risque de la critique.

En pratique, toute déclaration qui pourrait nuire à la réputation de quelqu’un doit être vérifiée et revérifiée. Si la déclaration est vraie et que vous pouvez le prouver, allez-y et utilisez-la s’il le faut. Voilà la ligne de fond: La vérité et l’absence de malice est une défense absolue face des accusations de diffamation, à condition que vous puissiez prouver ce que vous avancez et qu’il y ait une bonne raison de le publier en premier lieu.

Encore une chose: la diffamation n’est pas facile à prouver. Pour que la personne diffamée puisse se présenter devant une cour de justice, elle doit démontrer que la déclaration a conduit directement à sa perte financière.

Essayez d’obtenir l’aide d’un avocat bénévole. Si vous avez l’argent, prenez-en un qui s’intéresse à ces problèmes.

Utiliser les données

Une fois les informations collectées, que faire avec?

ric-japan-activist_200wParfois, nous avons tellement de preuves matérielles qui indiquent fortement la maltraitance des dauphins qu’on peut directement se présenter aux services de police devant l’avocat général. Dans les deux cas vous devrez vous attendre à citer la loi ou la réglementation qui selon vous n’a pas été respectée, et qui ne l’a pas respectée, quand et où.

Si vos informations ne portent pas d’accusations criminelles, peut-être sont-elles assez fortes pour intéresser les médias. Envoyez un communiqué de presse à tous les journaux et chaînes de télévision de la région. Ils ont tous les journalistes intéressés par les problèmes légitimes concernant l’environnement. En général, ils se méfient d’une histoire qui pourrait virer au procès et leur coûter de l’argent – même s’ils le gagnent. Ainsi, vous pouvez vous attendre à ce qu’ils soient sceptiques au début. Et s’ils soupçonnent que votre information n’est pas tout à fait exacte, ils vous montreront la porte.

Utilisez votre correcteur orthographique. Les gens capables d’écrire correctement sont pris plus au sérieux.
En écrivant des lettres à l’éditeur, incluez toujours vos nom complet, adresse et numéro de téléphone. Les journaux vous appelleront très probablement avant de publier votre lettre, ils ont besoin de confirmer que c’est bien vous qui l’avez écrite.

Plus que des faits

Nous avons besoin de faits, mais le principal objectif de notre campagne est d’ordre moral. Nous sommes en train de dire que le maintien des dauphins en captivité n’est pas une bonne chose.

Notre objectif est de fermer les installations des dauphins qui vivent en captivité et d’arrêter les captures supplémentaires et l’exploitation des dauphins. En fin de compte, ce que nous voulons faire, c’est libérer les dauphins captifs; les rendre à la vie sauvage si possible. Tous les dauphins en captivité ne peuvent pas être relâchés avec succès dans la nature, bien sûr. Certains dauphins ont passé trop de temps en captivité et parfois ils ont même oublié comment attraper un poisson vivant ou comment le manger. Peut-on savoir si un dauphin captif pourra le faire à l’état sauvage ou non?

Certainement.

Nous ne le faisons pas en apprenant aux dauphins à être libres, d’ailleurs. C’est impossible. Mais nous pouvons leur donner une chance de réhabilitation en les détournant de tout ce que les êtres humains leur ont appris et leur réapprenant les compétences dont ils dépendaient lorsqu’ils vivaient dans la nature.

S’ils réussissent, ils deviennent candidats pour la liberté. Nous les relâchons, en les surveillant jusqu’à ce que nous soyons sûrs qu’ils se portent bien à l’état sauvage, puis nous passons au suivant. Pour ceux qui ne sont pas candidats, nous pouvons essayer de les transférer en détention préventive. Notre coalition souhaite établir un sanctuaire pour ces dauphins particuliers.

Douze choses simples que vous pouvez faire

1. Si vous entendez parler d’un projet de capture de dauphins, alertez les médias ou, si possible, faite vous-même une vidéo, puis diffusez la séquence à travers les médias. La dernière chose que veut l’industrie des dauphins captifs est que le public voie des images de captures violentes de dauphins. C’est ainsi que nous avons arrêté les captures de dauphins aux Etats-Unis où il y a actuellement un moratoire volontaire sur les captures de dauphins.

2. Contactez vos représentants officiels du gouvernement et leurs représentants. Demandez-leur de mettre en œuvre une plus grande protection des mammifères marins et de la mer en général. Il est inutile de sauver les dauphins sans sauvegarder leur habitat.

3. Ecrivez aux représentants du gouvernement et insistez pour que les installations existantes de dauphins captifs soient engagées à travailler à la réhabilitation et à la libération des dauphins en captivité.

4. Boycottez les spectacles de dauphins captifs et encouragez vos amis à faire de même. Achetez ou louez une vidéo de dauphins à l’état sauvage avec l’argent que vous avez économisé.

5. Exprimez-vous. Une lettre au rédacteur en chef de votre journal local atteindra des milliers de personnes.

6. Encouragez les autres à s’intéresser à la situation des dauphins en captivité et montrez-leur comment ils peuvent aider.

7. Ecrivez aux représentants du gouvernement et demandez-leur de ne pas approuver les autorisations pour le commerce (importation ou exportation) des mammifères marins.

8. Rappelez-vous, l’exploitation commerciale des dauphins est basée sur l’offre et la demande, tout comme n’importe quel autre produit. Si vous n’avez pas acheté de billet, vous ne soutiendrez pas cet abus. Dites-le à vos amis.

9. Organisez un événement public gratuit. Faites intervenir certains experts sur les dauphins opposés à leur captivité, donnez une conférence gratuite à la communauté et invitez les médias. Il s’agit d’une excellente façon de commencer une campagne. Nous serions heureux de vous aider pour cela.

10. Conviez le delphinarium local à participer à un débat public. Le débat pourrait se tenir sur une chaîne de télévision, dans une bibliothèque publique, hôtel, centre civique ou à peu près n’importe où dans la communauté. Nous serions heureux de vous aider pour cela aussi. Nous avons participé à des débats avec l’industrie des dauphins en captivité dans le monde entier.

11. Lancer une campagne de lettres aux autorités locales. Il y a plusieurs organisations internationales dans la communauté de protection des animaux qui seront prêts à écrire une lettre de soutien pour votre campagne anti-captivité.

12. Diffusez votre message. Produisez des autocollants, des dépliants d’une page qui peuvent être distribués au public, postés sur des affiches, des laveries, des bibliothèques, des épiceries et autres lieux publics. Nous avons même loué les panneaux d’affichage grandeur nature pour porter notre message anti-captivité.

Protester contre la violence

Si les médias vous tournent le dos, envisagez d’aller à la rencontre du public avec une manifestation.

ric-demo3_200wDu fait qu’une manifestation implique un contact direct des contraires émotionnels, tout peut arriver lors d’une manifestation. Nous essayons de les éviter pour garder le contrôle des choses. Nous prévenons les forces de l’ordre à l’avance de ce que nous allons faire pour que personne ne reçoive un mauvais coup sur la tête.

Mais personne ne sait vraiment ce qu’il se passera lors d’une manifestation, et c’est l’une des principales raisons pour que les médias couvrent les démonstrations. Bien que les médias aient rejeté notre histoire ou notre reportage, leur rôle principal est encore de rapporter ce que les gens font. Et ceci vaut pour un événement organisé. Ca en vaut la peine, car quelque chose de vraiment digne d’intérêt pour eux pourrait arriver. Et s’ils ne couvrent pas la protestation et leur opposition, ils sont pris au dépourvu si quelque chose se produit. La raison principale, cependant, est qu’au fond de leur esprit, ils savent que les nouvelles sérieuses commencent généralement à partir de l’intérieur quand de mécontents dénonciateurs rendent l’histoire publique. Et quand les médias refusent d’écouter les dénonciateurs, ils le font à leurs risques et périls.

Les manifestants qui tentent d’alerter le public sur un problème juridique ou moral et une couverture gouvernementale est mise en place. Ils dénoncent en protestant, et lorsque les médias couvrent l’évènement, le travail est fait.

Les règles pour protester

1. Manifestations et protestations doivent être légales et pacifiques. Vous représentez votre cause, alors soyez courtois.

2. Si vous avez besoin d’une autorisation pour protester, obtenez-en une. Vous pouvez appeler la mairie ou le service de police et demandez si vous en avez besoin. Il faut toujours obtenir les noms des personnes à qui vous parlez au téléphone. Avec l’autorisation, on vous dira où vous avez le droit de manifester. Expliquez ceci à tout le monde lors de la manifestation. Vous ne serez probablement pas être autorisé à interférer avec les personnes assistant à l’événement ou essayant d’acheter un billet d’entrée.

3. Si vous avez un avocat, informez-le de ce que vous faites.

4. Une seule personne doit parler au nom du groupe. Cela permet d’éviter l’apparition de conflit, ce qui pourrait détruire l’efficacité de la manifestation.

5. Distribuez les flyers (imprimés sur une seule face) qui expliquent brièvement votre position et indiquez l’adresse du groupe et le numéro de téléphone. Si quelqu’un jette un prospectus par terre, ramassez-le et donnez-le à quelqu’un d’autre. S’il est déchiré, ramassez les morceaux et mettez-les à la poubelle. Soyez toujours agréable.

Protester fonctionne vraiment

« Quatre-vingt pour cent du succès se prépare »
Woody Allen

En nous projetant en arrière, nous avons réussi faire fermer plusieurs installations de dauphins en captivité aux États-Unis, certains en Australie, au Canada, au Moyen-Orient, en Europe, en Amérique Latine, dans les Caraïbes, et d’autres endroits à travers le monde.

Il y a ici un point important qui mérite d’être mentionné: la quasi-totalité de ces installations ont été fermées parce que les gens qui se sentent concernés se sont mobilisés pour protester et manifester leur sollicitude. Si la protestation n’avait pas partie de la campagne, ces installations seraient toujours ouvertes pour faire du profit aujourd’hui, et la souffrance perdurerait.
Je mentionne cela parce que certaines organisations de protection des animaux et des personnes ne veulent participer à aucune forme de protestation. Certains ne participent pas parce qu’ils suivent la politique de l’organisation conservatrice pour laquelle ils travaillent. D’autres semblent penser que protester est indigne ou en dessous d’eux. Personnellement, je n’aime pas protester non plus, ça va même à l’encontre de ma nature. Je n’aime pas attirer l’attention sur moi-même. Mais c’est nécessaire et important, alors je le fais tout de même.

Il est important de comprendre que protester fonctionne vraiment. Souvent, c’est même la seule chose qui fonctionne. Par exemple, aux États-Unis l’industrie des dauphins captifs a arrêté les captures en raison d’une petite poignée de manifestants qui n’ont pas eu peur de perturber les captures de dauphins. La plupart des dauphins en captivité dans divers parcs d’attractions européens – y compris une discothèque – ont été capturés dans le golfe du Mexique, près de Pine Island, en Floride. Nous avons commencé à protester contre ces captures, au point même de nous faire arrêter, d’aller en prison, puis d’entamer une grève de la faim pour attirer l’attention sur le problème. C’est ce qu’on appelle la désobéissance civile. Ca a attiré les médias qui, pour la première fois, ont exposé le fait que l’industrie de la captivité aux États-Unis capturait des dauphins en Floride et les vendait à des établissements déplorables à l’étranger. Nous avons appelé cette campagne « Exportez des oranges et non des dauphins ». Nous avons imprimé des tee-shirts et des autocollants avec notre slogan. Finalement, l’industrie de la captivité a fait marche arrière et a annoncé qu’elle réfléchissait à un « moratoire volontaire » sur toutes les captures de dauphins. La capture de dauphins aux États-Unis était enfin terminée.

Pourquoi est-ce arrivé? La réponse est simple: les médias ont enfin dénoncé l’industrie des dauphins captifs. Et les médias se sont présentés uniquement parce qu’ils étaient attirés par les manifestants. Les nouvelles quotidiennes, c’est comme le show-business et les médias sont toujours à la recherche d’une bonne histoire. Cela est particulièrement vrai avec les nouvelles télévisées. Ils veulent des images en mouvement, de l’action et des conflits. Pour eux, ce sont les éléments d’une bonne histoire. Et nous le leur avons donné de manière non-violente et pacifique. La plupart des gens qui visitent les delphinariums ne posent jamais les bonnes questions. Ils demandent des choses comme « comment s’appelle ce dauphin? », « combien mangent-ils de kg de poissons par jour? », ou d’autres choses triviales comme ça. Les questions qu’ils devraient poser sont: « Comment le dauphin est-il arrivé ici, et combien de temps est-ce qu’il va rester? ». A ce type de questions, il n’est pas facile de répondre et ces questions ne sont pas encouragées par les delphinariums.

Le delphinarium vous fait croire que Dieu a mis les dauphins là, ou qu’ils sont venus du ciel. Ils ne veulent pas que les visiteurs sachent que les dauphins qu’ils sont en train de regarder ont effectivement été capturés. Lorsqu’ils sont confrontés au fait que le dauphin a été capturé, ils disent souvent qu’il s’agissait d’une « capture humaine ». Mais le concept de capture humaine est un oxymore: il n’y a tout simplement rien d’humain lors d’une capture de dauphins. Toutes les captures de dauphins sont violentes et cruelles.
Quand ce genre d’injustice violente et cruelle est absolue, il faut absolument s’y opposer. Et cela signifie participer à des manifestations, d’une manière non-violente et pacifique. La ligne de conduite est: l’action directe paie.

Ric_with_Japanese_Screens_Tokyo_TBurns_500w

La mesure de nos succès

Voici une liste sans ordre particulier des établissements de l’industrie de la captivité des dauphins qui ont été fermés ou n’ont jamais vu le jour. Ces réussites ont été accomplies par des gens ordinaires comme vous qui ont effectivement participé à des manifestations pour protester contre ces parcs d’abus sur les dauphins:

Nom de l’établissement Situation géographique Etat
Lerner Marine Lab Bimini, Bahamas Islands Fermé
Marineland Adelaide, Australia Fermé
Waragamba Dam Dolphinarium Waragamba, Australia Fermé
Antwerp Zoo Dolphinarium Antwerp, Belgium Fermé
Hagenbeck Zoo Dolphinarium Hamburg, Germany Fermé
Kinder Zoo Dolphinarium Rapperswil, Switzerland Fermé
Tel Aviv Dolphinarium Tel Aviv, Israel Fermé
Luna Park Dolphinarium Tel Aviv, Israel Fermé
Seaquarium San Andres, Colombia Fermé
Ocean Reef Club Dolphinarium Key Largo, Florida Fermé
Oklahoma City Zoo Dolphinarium Oklahoma City, Oklahoma Fermé
Ocean World Ft. Lauderdale, Florida Fermé
US Navy Dolphin Facility Key West, Florida Fermé
Santos Amusement Park Santos, Brazil Fermé
Dolphin Swim Program Buenos Aires Argentina Fermé
Ocean Expo Dolphinarium Myrtle Beach, South Carolina Jamais ouvert
Dolphin Swim Program Managua, Nicaragua Jamais ouvert
Dolphin Swim Program Guatemala City, Guatemala Fermé
Europapark Rust Rust, Germany Fermé
Hansaland Dolphinarium Hamburg, Germany Fermé
Holiday Park Dolphinarium Hossloch, Germany Fermé
Phantasialand Dolphinarium Bruhl, Germany Fermé
Paramount Parks (four parks) USA Fermé
Wonderland Maple, Ontario, Canada Fermé
Worlds of Fun Dolphinarium Kansas City, Missouri Fermé
Knotts Berry Farm Dolphinarium Los Angeles, California Fermé
Six Flags Dolphinarium Aurora, Ohio Fermé
Marine Life Dolphinarium Sioux Falls, South Dakota Fermé
Colorado Ocean Journey Denver, Colorado Jamais ouvert
Virginia Marine Science Center Virginia Beach, Virginia Jamais ouvert
Proposed Dolphinarium Maui, Hawaii Jamais ouvert
Sealand Dolphinarium Victoria, BC Jamais ouvert
Montreal Biodome Quebec, Canada Pas de bélougas
Vancouver Aquarium Vancouver, Canada Pas de spectacles d’orques
Granby Zoo Quebec, Canada Jamais ouvert
Dolphin Swim Park Les Arcadins Islands, Haiti Fermé
Flamingo Land England Fermé
Brighton Dolphinarium England Fermé
Morecambe Dolphinarium England Fermé
Windsor Safari Park England Fermé
Moulin Rouge Nightclub Paris, France Fermé
Seaorama Galveston, Texas Fermé
Ocean World Ft. Lauderdale, Florida Fermé
Cedar Fair Sandusky, Ohio Fermé
Kings Island Kings Island, Ohio Fermé
Six Flags over Texas Arlington, Texas Fermé
Six Flags Mid-America Eureka, Missouri Fermé
Astro-World of Houston Houston, Texas Fermé
Six Flags Magic Mountain Los Angeles, California Fermé
Paradise Acapulco, Mexico Fermé
Centro Vacacional Oaxtepec Mexico Jamais ouvert
Edmonton Shopping Mall Edmonton, Canada Fermé
Louisville Marine Display Louisville, Kentucky Jamais ouvert
Dolphin Discovery Antigua, West Indies Fermé
Atlantida Dolphinarium St. Martin, Dutch West Indies Jamais ouvert
Connyland Dolphinarium Liperswil, Switzerland Fermé
San Juan Dolphinarium San Juan, Puerto Rico Jamais ouvert
Dolphin Lagoon Maldives Islands Jamais ouvert
Louisville Aquarium Louisville, Kentucky Jamais ouvert
Vodnjan Dolphinarium Vodnjan, Croatia Jamais ouvert

 

About the Author:

Co-fondateur de l'association La Dolphin Connection, militant pour les delphinidés et la vie dans les océans depuis des années.

2 Comments

  1. Jacqueline 4 avril 2014 at 7 h 45 min - Reply

    ces photos de touristes hilares entassés autours d’un petit cercle d’eau où souffre un animal me font penser aux arènes où un taureau, animal timide s’il en est, se bat pour défendre sa vie au milieu d’un cercle de voyeurs qui prennent leur pied à le regarder artistiquement mourir

    • anne 4 avril 2014 at 19 h 54 min - Reply

      Du plus loin que je me souvienne (et j’ai 62 ans)j’ai boycotté tous ces spectacles exploitant les animaux (Il paraît que même encore bébé je hurlais au cirque croyant qu’on faisant souffrir les animaux entre jouer au mort ou le fouet qui les « encourageait) du coup on ne m’y emmenait plus! et ma famille n’a jamais contrarié mes opinions sur ce sujet mais ma belle-fille me déteste pour ces belles opinions et en plus, elle bosse chez Loréal l’horreur pour les gens comme moi. En tout cas, bravo pour vos belles actions qui finiront par aboutir, je le souhaite à tous les animaux possibles.Je vous aime

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.