Delphinarium du zoo de Madrid : l’enquête continue…

Home/Delphinariums et dauphins captifs, Vidéos en ligne,  Actualités/Delphinarium du zoo de Madrid : l’enquête continue…

Delphinarium du zoo de Madrid : l’enquête continue…

Quand Zoo rime avec z’Euros, ce sont les dauphins qui trinquent !

Afin de prendre des nouvelles de nos amis à nageoires, je me suis rendue au zoo de Madrid. Entre shows des dauphins sur fond de prêchi-prêcha et contradictions réelles, je vous propose de découvrir – ou de redécouvrir – la triste vie des dauphins de la capitale espagnole…

Arrivée pour l’ouverture, par le métro, je constate qu’il y a déjà un monde fou aux caisses avec des gamins à n’en plus finir. Les gens ont donc trouvé comment passer leur samedi.

Je paie, je rentre, direction le bassin des dauphins.

Une fois sur place, je m’installe dans les gradins pour tourner quelques vidéos « hors spectacle » (vidéos du bassin principal et du bassin hôpital, ci-dessous) et également pour faire faire quelques photos. Puis je vois qu’on peut descendre le long du bassin. Ce que je fais donc : des vitres permettent de voir ce qu’il se passe sous l’eau. les dauphins passent devant de temps en temps, et repartent, puis reviennent et repartent, et ainsi de suite.

Je remonte dans les gradins, 1er rang.

Je remarque un bassin à l’écart, séparé des autres par une grille. Tout petit bassin circulaire, sûrement le bassin « hôpital ». Je vois un petit qui saute, et sa mère qui le suit. Je fais une vidéo. Les 2 dauphins n’ont de cesse de tourner en rond et de sauter dans le peu d’espace dont ils disposent… Les autres viennent les voir derrière la grille, tandis qu’à l’autre bout du bassin principal, les animaux me semblent très agités, dont 2 d’entre eux particulièrement. Ils sautent hors de l’eau et retombent tout près l’un de l’autre, ils frappent la surface de l’eau, se font des pointes de vitesse… C’est la première chose qui me saute aux yeux. Je décide de tourner des vidéos également.

Zoo de Madrid – 28-05-2011 – Bassin Hôpital from La Dolphin Connection on Vimeo.

Zoo de Madrid – 28-05-2011 – Bassin Principal from La Dolphin Connection on Vimeo.

Album photo accessible ici!

Derrière moi, on entraîne les perroquets à passer d’un bras à un autre (ce sont les bruits de fond qu’on entend sur certaines des vidéos). L’heure tourne, les gens commencent à prendre place : les petits sont excités, les grands s’assoient tout aussi exaltés… Je me pose une question… : savent-ils tout ce que cache cette industrie… ? Je les regarde prendre place… Chacun cherche à avoir le meilleur point de vue tout en évitant les coups de soleil… La moindre apparition d’un dauphin qui sort la tête de l’eau pour respirer déclenche des « ho, mira el delfín allí… Lo has visto ? Ay, que guapoooo, no ?! ». Je pense « Oui, il est beau, mais il le serait encore plus en liberté… On va s’en occuper… !! On va s’occuper de vous, les gars… ».

12h30, musique à fond, les soigneurs apparaissent, c’est le début du spectacle.

Les gens tapent des mains, le coup d’envoi est donné. les dauphins sautent en groupe, en guise de comité d’accueil : Oooooooh, Aaaaaaaaaah, Ooooooooh… Les soigneurs se mettent à l’eau pour rejoindre l’autre côté de la plateforme et se présenter au public, poussés par les dauphins. La commentatrice nous annonce donc : Antonio, Carlos, Katia et Evelyn du côté des soigneurs, et pour les dauphins qui viennent à leurs côtés sur la plateforme : Guarina, Mancha, Mary, Lala, Angel, Luiso, Noa et Iruka (en espérant ne pas avoir écorché leurs noms). Les présentations faites, c’est reparti pour la musique à fond la caisse. L’un des soigneurs prend un tuyau d’arrosage et l’oriente vers le milieu du bassin tandis que plusieurs dauphins sautent par-dessus le jet dans un sens puis dans l’autre. Avant d’éteindre le jet, il arrose un peu le public puis se met à l’eau au milieu du bassin en faisant la planche. Quatre dauphins sautent par-dessus lui. Ensuite, il prend de l’élan sous l’eau pour se faire pousser hors de l’eau par deux dauphins. On nous dit qu’il s’agit d’Antonio.

La musique se calme pour laisser place à un moment avec un enfant. On lui demande son prénom. Il répond qu’il s’appelle Pablo. La commentatrice nous dit que c’est son anniversaire et qu’ils vont voir ce que les dauphins vont faire pour le lui souhaiter. Les soigneurs font sortir deux dauphins de l’eau qui viennent s’étendre sur la plateforme pour lui chanter « joyeux anniversaire » à leur façon…  Un petit coup d’éclaboussures plus tard, la commentatrice nous dit que Pablo va monter à bord d’une embarcation très spéciale puisque c’est une embarcation sans moteur parce que le bruit est très néfaste pour les cétacés (le stéréotype même de la contradiction des parcs aquatiques : le bruit gêne les dauphins, ok… et la musique à donf alors ?!) dans la mesure où ils utilisent des sons pour communiquer, et que les dangers qui pèsent sur les cétacés sont donc le bruit et la pollution… Et la musique à donf alors ??!! (bis). Pablo prend alors place dans la barque, tirée par un dauphin et fait le tour du bassin. Une fois descendu de la barque, le commentaire reprend : super Pablo. On va voir si c’est tout… Bien sûr que non… Tu vas avoir la chance de caresser ton dauphin préféré… (ça se passe de commentaire là justement, non ?!) et pendant que le gamin caresse l’animal, une photographe se charge d’immortaliser cet instant. Youpiiii, et on applaudit bien fort Pablo et on lui souhaite à nouveau un très joyeux anniversaire !

Musique à donf une nouvelle fois, les soigneurs gesticulent dans tous les sens et avancent vers le bassin hôpital puis retournent vers le milieu de la plateforme (ça ressemble un peu à une danse des teletubbies !), les dauphins les suivent et les imitent. Puis Antonio les fait sauter tout du long du bassin pour que tout le monde puisse faire sa photo : 1 fois, 2 fois, 3 fois, 4 fois, 5 fois. A peine retombés dans l’eau, on recommence ! Puis on passe à un autre numéro : on fait reculer un dauphin en se levant au fur et à mesure, vers l’autre bout du bassin. Et idem en partant des côtés.

Un petit coup de rock, toujours à donf, et deux dauphins sortent sur la plateforme pour venir tournoyer en reprenant de l’élan via leur caudale qu’ils replongent dans l’eau au seul moment où ils peuvent, et ce à une vitesse vertigineuse…

Séquence avec de la musique un peu plus calme, mais non moins forte. Une soigneuse se met à l’eau à un bout du bassin, un cerceau en l’air. Elle est poussée par un dauphin tandis qu’un autre saute dans le cerceau pendant qu’elle avance. Arrivée à l’autre bout, elle pose le cerceau à la surface de l’eau, et ooooooooooh, un dauphin saute à travers et retombe même dedans ! Elle se redirige vers le milieu, attend ses « chauffeurs », puis ô surprise, poussée par deux dauphins hors de l’eau, un troisième vient sauter dans le cerceau.

Le commentaire reprend : une partie fondamentale du travail des soigneurs consiste à toujours maintenir une relation positive avec les dauphins. De plus, il y a une grande équipe de professionnels qui veillent au bien-être des animaux : vétérinaires, soigneurs…

La musique repart. Les soigneurs se mettent à l’eau pour une petite danse avec les dauphins. Un coucou de la queue, puis les soigneurs retournent à la plateforme principale.

On enchaîne avec Mickaël Jackson et « Heal the World »… Justement, par pitié : HEAL THE WORLD !!! Encore un petit coup de commentaires : on a besoin que restiez silencieux pour entendre la « voix » des dauphins…

Musique à donf à nouveau, chanson qui bouge… deux soigneurs à l’eau, qui font le tour du bassin, poussés chacun par deux dauphins, et d’un coup, ils plongent et hop, sautent hors de l’eau expulsés à la force des animaux… au moment de regagner la plateforme principale, l’un des soigneurs glisse sur le ventre et retombe à l’eau… « Oooooh ! » s’exclame le public. Pirouettes et vrilles de dauphins s’enchaînent…

Le commentaire reprend : les dauphins sont les ambassadeurs des océans, il est vraiment nécessaire de soigner et de protéger le milieu marin et ses habitants pour assurer le futur de notre planète. En espérant que vous ayez passé un moment très agréable en notre compagnie, un tonnerre d’applaudissements pour nos soigneurs : Antonio, Katia, Carlos et Evelyn, et une salve d’applaudissements pour les dauphins : Guarina, Mancha, Mary, Lala, Angel, Luiso, Noa et Iruka.

En espérant que vous ayez passé un moment agréable avec nous, merci beaucoup à vous et nous vous souhaitons une très bonne journée ici, au zoo de Madrid !

Tout ça pour dire quoi ? Tout ça pour dire que quand les parcs nous disent qu’ils font faire des shows aux dauphins simplement dans le but de montrer leurs aptitudes et ce qu’ils sont capables de faire à l’état sauvage, j’ai juste envie de répondre que je doute que n’importe quel dauphin sauvage réalise un seul de ces numéros à l’étrave d’un bateau ou au contact de plongeurs ou nageurs venus passer un moment en leur compagnie…

En prime, ils auront eu le droit d’effectuer un spectacle en plus (ça fera 5 en tout pour cette journée : 12h30 (vidéo show n°1) – 14h30 (vidéo show n°2) – 17h30 + le show privé (vidéo début du show n°3 : show privé) tout de suite après et 19h30 pour terminer), spectacle privé – certes raccourci, mais n’empêche que – auquel j’ai assisté vu que je n’ai pas bougé du bassin de la journée… Après chaque spectacle, on propose aux gens de venir se faire photographier avec les dauphins, en en sortant un ou deux de l’eau, moyennant 20 € la photo (vidéo de la séance photo ici). Les animaux le savent tellement bien que sur cette vidéo on voit sortir un dauphin de l’eau sans même que le soigneur ne le lui ait demandé, simplement parce qu’il a bien compris que s’il veut manger, il doit exécuter les tours qu’il sait faire… sauf que là, il fait une chaleur à crever, et qu’il se passe quand même un bon moment avant que le soigneur ne le remette à l’eau… de mon côté, je prends des photos et je filme alors qu’Antonio le soigneur me regarde régulièrement… J’imagine qu’il a compris l’objet de ma visite, mais ça m’est égal, et qui plus est, ne faisant absolument rien de mal, on ne peut rien me dire… !). Moralité dans tout ça, Business is Business… On asservit des êtres au moins aussi-intelligents (au sens noble du terme) que nous dotés d’une conscience de soi pour faire du fric sur leur dos… On se donne bonne conscience en pseudo-sensibilisant les gens via des commentaires (qui justement se passent de commentaires !), et on fait au contraire tout ce qui est néfaste pour les animaux : musique à fond, contact direct avec les gens (caresses des enfants qui participent aux spectacles, caresses des spectateurs qui viennent se faire photographier… Je ne donne pas cher de leur espérance de vie, les pauvres…). A côté de ça, aucune donnée réellement éducative sur le mode de vie des animaux, sur leur anatomie, etc, pendant les spectacles… Ce sont juste des pantins qui exécutent des numéros sur commande s’ils veulent manger… En résumé, on assiste une fois de plus à l’asservissement de l’animal au profit de l’Homme sur fond d’euros… Amen !

About the Author:

Amoureuse des dauphins et cétacés depuis ... mon plus jeune âge!

10 Comments

  1. Chris Poseidia 8 août 2011 at 14 h 34 min - Reply

    Un delphinarium qui ne vaut pas mieux que les autres… Merci pour cet article !

  2. Yvon 8 août 2011 at 19 h 14 min - Reply

    Non, mais celui-ci y va fort avec la musique. Rappelons qu’elle affecte gravement l’acuité acoustique des cétacés et leur cause des souffrances aigues.
    A lire ce que dit Malou, Madrid dépasse toute mesure, c’est le cas de le dire ! Bravo pour l’article en tous cas, plein d’humour et de verve. On voit que toutes les lois de la Directive européenne sur les Zoos sont systématiquement foulées au pied à Madrid comme ailleurs.
    But who cares ?
    Yvon

  3. Malou 8 août 2011 at 20 h 49 min - Reply

    Merci à toi Yvon 😉

    Who cares? De plus en plus de gens, et c’est tant mieux. 😉
    La tache est ardue, mais c’est grâce à des équipes comme celle de La Dolphin Connection, et à des gens comme toi, comme Pierre, comme Ric O’Barry et comme encore beaucoup d’autres que les choses avancent petit à petit.

    Ce qui est dommage, c’est que ça prenne autant de temps et surtout que ça coûte autant de vies…

    Comme l’a écrit Victor Hugo dans ses Châtiments :

    « J’accepte l’âpre exil, n’eût-il ni fin ni terme,
    Sans chercher à savoir et sans considérer
    Si quelqu’un a plié qu’on aurait cru plus ferme,
    Et si plusieurs s’en vont qui devraient demeurer.

    Si l’on n’est plus que mille, eh bien, j’en suis ! Si même
    Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla ;
    S’il en demeure dix, je serai le dixième ;
    Et s’il n’en reste qu’un, je serais celui-là !»

  4. mylou 12 août 2011 at 21 h 09 min - Reply

    Merci Malou pour cet exposé sur les dauphins captifs de Madrid.
    Déjà Je trouve que 8 dauphins pour ce bassin (si j’ai bien compté 2 dauphins par dresseur) c’est un peu beaucoup pour un bassin qui n’a pas l’air beaucoup + grand que celui de Bruges, Belgique.
    J’ai remarqué que certains des dauphins lorsqu’ils sont hors de l’eau ont la dorsale qui penche.. est ce du au fait qu’ils sont justement hors de l’eau, ou bien c’est comme Keiko??

    Cette musique est complètement intenable. Et malheureusement il n’y a pas un dolphinarium où il n’y a pas de fond sonore (on se demande bien pourquoi d’ailleurs, ce fond sonore?)
    Enfin le combat pour la fermeture de ces horreurs continue !!!
    On y arrivera

  5. Malou 13 août 2011 at 21 h 07 min - Reply

    Salut Mylou,

    Merci à toi pour ton commentaire. 😉

    Pour ce qui est des dauphins, en règle générale, je pense que c’est parce qu’ils n’ont pas assez de place pour nager, qu’ils restent le plus gros de leur temps à la surface, et ainsi la dorsale se courbe (ce qu’on ne voit pas quand ils vivent à l’état sauvage).

    Quant à la musique, effectivement, c’est intenable. Le pire de tout, c’est celui de Barcelone, où la salle est fermée, on se retrouve dans une ambiance de piscine municipale couverte, c’est vraiment intenable. Mais déjà là, c’est juste infernal…

    Je n’ai qu’un seul désir, qu’ils retrouvent tous la liberté oui, c’est clair…

    Encore un grand merci toi, et à très vite. 😉

  6. Margaux 25 août 2011 at 14 h 46 min - Reply

    Bonjour,

    Merci pour cet article très instructif et qui, pour la Xième fois, met en évidence toute l’incompatibilité de ces animaux avec la captivité!
    C’est vraiment très triste de voir à quel point ils ne sont là que pour amuser la galerie!

    Les vidéos sont insoutenables, on voit avant le spectacle les dauphins s’agiter et jeter des coups d’oeil furtifs vers l’extérieur, ils devaient être impatients de recevoir leur pitance!
    Ce qui peut passer pour un réel plaisir au jeu ou de l’enthousiasme n’est en fait qu’un comportement désespéré du dauphin qui cherche à recevoir enfin sa nourriture!
    Sur la vidéo qui montre la séance photo, on voit bien que les pauvres dauphins attendent qu’on leur demande quelque chose pour enfin recevoir leur pauvre poisson mort!

    Et les 2 individus dans le « bassin » (boîte serait plus approprié) m’ont vraiment fait de la peine!

    C’est vraiment inadmissible!

    Merci Malou pour ce reportage!

  7. Malou 25 août 2011 at 14 h 55 min - Reply

    Bonjour Margaux,
    Merci à vous pour votre commentaire.
    Grâce aux commentaires que je lis ici, je me dis que cet article sert vraiment à quelque chose. Quand je lis le vôtre, je peux vous assurer que sur place, c’est exactement comme cela que je l’ai ressenti aussi…
    Si le bassin le plus étroit (et même les autres) avaient eu une petite porte à ouvrir qui puisse les conduire jusqu’à la mer, je crois que je n’aurais pas résisté au plaisir de la leur ouvrir! (Néanmoins, je sais très bien que ça ne peut pas se faire aussi simplement, malheureusement j’ai envie de dire…).
    J’ai vraiment trouvé les dauphins très agités ce jour-là, au point de ne bouger du bassin que pour manger et d’y retourner tout de suite après afin d’avoir de quoi étayer l’article une fois de retour en France. Je me suis juré de faire quelque chose pour eux, (comme pour tous les autres) et j’espère du fond du coeur qu’on y arrivera… Leur place n’est vraiment pas dans une flaque d’eau, mais plutôt dans le grand bleu… Encore merci, Margaux. 😉

  8. audrey 28 août 2011 at 17 h 47 min - Reply

    A quand des groupes commandos pour libérer les dauphins…….comme le fait  » ANIMAL LIBERATION FRONT (ALF)….
    Si cela s’organise un jour je suis d’avance volontaire…….

  9. Océane 31 janvier 2012 at 21 h 23 min - Reply

    Pfff ca me met tellement hors de moi que ca m’épuise de m énerver. Un show devant des milliers de spectateurs tous aussi abruti les uns que les autres pour quoi? Pour montrer que l’homme sait dresser un animal sauvage en se servant de la nourriture comme appât?? Oh mais bravo! et ça ce dit vouloir protéger les dauphins? Mes fesses oui! Nous aussi on devrait les enfermer dans une piéce de 4 sur 4 et leur faire faire de jolie cabriole! L’homme ce croit tellement supérieur a tout qu’il oublie que les animaux était la avant nous et qu’a force de degrader notre environnement on court a notre perte. Mais c’est bien fait, que la nature reprenne ses droits. Comme l’a dit un journaliste « La nature donne mais reprend sans crier gare ».
    En tout cas merci Margaux 🙂

  10. Hikari 26 mars 2018 at 21 h 52 min - Reply

    Tiens au passage.. dans le show privé c’est le comble du mauvais gout.. la musique de fond est celle de Spirit l’étalon sauvage (dessin animé) qui refuse d’être au service des humains!!!!!!!!!!!
    je suis dégoutée, outrée, j’aimerais faire plus que simplement en parler à mes proches qui concrètement s’en foutent pas mal. Ils vont réagir 5 min puis basta.. j’aimerais vraiment agir pour eux, mais je ne sais pas comment faire..

    en tout cas, merci pour vos articles, je viens de découvrir votre blog qui me met le coeur à l’envers, l’estomac noué et les larmes dans les yeux, mais merci pour votre blog..

Leave A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.