1. PROPAGANDE

«À SeaWorld, c’est l’eau qui a tué cette femme et pas l’animal. Quand une orque s’attaque à une baleine ou à un phoque, c’est terrible: les animaux sont déchiquetés, il y a du sang partout. Ici, ce n’est pas le cas. En la maintenant sous l’eau, la dresseuse s’est noyée ». déclarait John Kershaw dans une interview au Huffington Post datée de février 2010, peu de  temps après que Tilikum ait tué Dawn Brancheau.

«Aucune orque n’a été capturée depuis 1980 !» assurait pour sa part M. Bernard Giampaolo, directeur général du Marineland d’Antibes au journal Nice Matin en juillet 2011.

«L’orque n’est pas domptée. Elle agit par plaisir. Comme des enfants, ces stars du bassin attendent la récréation, des bidons de plastique rouge ! On les nourrit avec un régime d’athlète : il en va de leurs performances et de la qualité du spectacle. L’animal n’est pas agressif. 5 bébés sont nés dans ces bassins, preuve que ces animaux ne sont pas malheureux » exultait enfin la chaîne de télévision TF1 dans un publi-reportage enthousiaste daté du 29 avril 2013.

Les faits sont différents.

Dawn Brancheau fut délibérément mise à mort par l’orque Tilikum. Elle fut brisée, scalpée, mutilée, noyée et partiellement dévorée par Tilikum. Ce n’était pas un accident. C’était un meurtre.

l'orque Sharkane

L’orque Sharkane

Sharkane et Tanouk furent capturés en 1989 et arrivèrent ensemble au Marineland d’Antibes le 12 janvier 1990, à une époque où l’importation de cétacés en Europe n’était déjà plus permise. Une dérogation exceptionnelle spéciale fut octroyée par le gouvernement. Soit 10 ans après 1980.

Enfin, contrairement à ce qu’affirme TF1, les orques n’exécutent pas leurs shows par plaisir, mais pour complaire à leurs dresseurs. L’obéissance s’obtient en effet par un dosage précis de leur alimentation. Il s’agit de les maintenir juste sous le seuil de satiété pour les contraindre à l’action. Et ce ne sont pas non plus des enfants, de gros toutous de plusieurs tonnes mais des êtres de cultures et de langage, doués d’une prodigieuse intelligence. Ils sont dangereux : 5 orques du Marineland ont déjà agressé leurs dresseurs.

Quant aux 5 naissances évoquées à la fin du «reportage», il faudrait préciser que l’un de ces enfants, Shouka, a été enlevée à sa famille pour aller vivre seule pendant 10 ans aux USA, que Moana est né par insémination artificielle, que Freya que l’on voit à l’écran plongea dans une déprime noire après chacune de ses 4 fausses couches et que le père de ses enfants était sans doute son frère.

Un jour ou l’autre, Blackfish sera diffusé en France. Avec l’Espagne, c’est le seul pays d’Europe à posséder des épaulards captifs. Ce film ne manquera donc pas de soulever quelques questions locales et fera mieux comprendre pourquoi sont tus certains faits dérangeants.

Le Marineland d’Antibes contre-attaquera, bien sûr, et dénoncera les «calomnies» du documentaire. Ce sera facile, car SeaWorld lui dictera sa défense, comme elle lui inspire aujourd’hui la mise en scène wagnérienne de ses shows.

Les deux entreprises sont en effet très liées et depuis très longtemps.

2. LE TEMPS DES CAPTURES

Calypso arrivant en Angleterre

Calypso arrivant en Angleterre

Ce n’est pourtant pas SeaWorld qui captura Calypso, la première orque du Marineland d’Antibes, mais un duo de canadiens qui travaillaient pour l’Aquarium de Vancouver. Robin Best et Chris Angus avaient également promis une baleine tueuse à Roland de la Poype pour son tout nouveau Marineland.

Le 11 décembre 1969, près de Pender Harbour en Colombie-Britannique, 12 orques furent kidnappées. 6 furent relâchées, 6 autres furent envoyées aux États-Unis, dont Corky, toujours vivante à SeaWorld. Calypso, elle, fut expédiée au Zoo de Cleethorpes, en Angleterre.

Elle y séjourna quelques mois, le temps que le Marineland d’Antibes répare les fuites du bassin qui lui était destiné. Pas pour longtemps : Calypso décéda en décembre 1970 à l’âge estimé de 11 ans. Elle n’avait donc survécu qu’un an à la captivité (voir la vidéo).

Au  Cleethorpes Zoo, la petite orque avait été également soumise aux tout premiers essais d’insémination artificielle jamais réalisés sur cette espèce par le vétérinaire David Taylor, avec le sperme de Cuddles, un mâle du Flamingoland mort à 5 ans en 1976.

Cette technique n’en était alors qu’à ses balbutiements. La première réussite du Marineland dans ce domaine fut la naissance de Moana… en mars 2011.

Clovis

C’est SeaWorld qui captura Clovis à Penn Cove le 8 août 1970, en même temps que Lolita-Tokitae. On a vu dans «Blackfish» les images insoutenables de ces chasses à l’orque, où l’on arrache des bébés à leur mère, tandis que la tribu pleure et crie en se pressant contre le bateau. Lolita est toujours vivante, mais seule depuis plus de 30 ans, au Miami Seaquarium.

Clovis, lui, décéda en 1973. Il n’avait que 4 ans. Le Marineland d’Antibes venait de tuer un enfant.

Kim

C’est SeaWorld qui captura Kim (aussi nommé Oum), le 10 octobre 1976 en Islande, à Medalland Bugt.

Kim, orque au Marineland

Kim, orque au Marineland

Kim a été malade durant toute sa vie captive. Ses problèmes de santé s’aggravèrent au point qu’il en devint aveugle et du subir des injections dans l’œil. Les vétérinaires du Marineland tentèrent sur lui une transfusion sanguine, mais le sang de Betty, sa brève compagne, n’était pas compatible avec le sien. Le parc français demanda de l’aide à SeaWorld, qui refusa de donner du sang de ses orques. Kim mourut à Antibes d’un abcès aux poumons le 24 juillet 1982 à l’âge de 14 ans.

Une transfusion ne l’aurait de toute façon pas sauvé.

A la fin des années 70, le jeune Kim saisit son dresseur dans sa gueule et le maintint un long moment sous l’eau, avant de le libérer. Cet incident fut passé sous silence. En revanche, la presse de l’époque se plaisait à présenter cette orque comme une «baleine tueuse, cousin sanguinaire du dauphin». Ce qui n’était pas faux pour ce qui est des captifs…

C’est SeaWorld qui captura Betty. Enlevée près de Skardsfjara (Islande) en octobre 1978, elle fut également parquée dans l’aquarium de Hafnarfjordur, construit tout exprès pour garder les orques de SeaWorld avant expédition, jusqu’à ce que le Marineland l’achète. Elle vécut aux côtés de Kim pendant 4 ans, puis avec Kim II et Freya. Betty s’éteignit à Antibes le 8 septembre 1987 à l’âge de 13 ans, d’une pneumonie fulgurante.

C’est SeaWorld qui captura Kim2 en même temps que Freya en octobre 1982 près de Stokkseyri. Il fut maintenu lui aussi dans le « frigo islandais » jusqu’à son transfert au Marineland d’Antibes le 6 mars 1983.

Kim 2 était  quelqu’un de calme, malgré sa taille énorme. Il répétait sans fin le même tour jusqu’à ce qu’il soit sûr que ses dresseurs en soient satisfaits. Il refusait rarement qu’on le déplace et se comportait toujours correctement pendant les shows, même si depuis son déménagement dans le nouveau bassin, il avait du mal à glisser sur le bord, comme le spectacle l’exigeait. Frustré, il frappait alors la surface de l’eau de sa caudale à plusieurs reprises.

Il s’entendait bien les autres orques. S’il faut en croire le Marineland, le problème a surgi lorsqu’il s’est mis à tourner autour de sa fille, Shouka, un comportement inimaginable en milieu naturel. Kim2 et Shouka aimaient se trouver ensemble et nageaient souvent en cercle côte à côte, le ventre en l’air. Shouka fut expédiée dans un parc marin de l’Ohio en juin 2002. Selon le communiqué officiel, une septicémie et une pneumonie eurent raison de Kim2 le 23 novembre 2005, à l’age de 27 ans.  Selon d’autres sources mieux documentée, le départ de Shouka l’aurait à ce point déprimé qu’il prit du poids, devint apathique et finit par mourir. Il aimait beaucoup chacun de ses 3 enfants et ne se remit jamais du départ de l’aînée.

Sharkane

C’est SeaWorld qui captura Sharkane en octobre 1989 à l’âge de 4 ans près de Hornafjordur (Islande). Les autres victimes de ce raid furent Ran, Tanouk and Ai, tous décédés entre 1995 and 2004.

Après avoir attendu elle aussi qu’on décide de son sort au Sædyrasafnid Aquarium, elle et Tanouk furent achetés par le Marineland d’Antibes et transportés jusqu’en France par bateau le 12 janvier 1990. La CITES avait interdit depuis peu l’importation de cétacés vivant en Europe, mais le Marineland d’Antibes bénéficia d’une dérogation.

Engrossée dès l’âge de 6 ans, alors qu’en mer, les femelles ne sont gravides qu’à 13 ou 15 ans, Sharkane donna naissance à Shouka en 1993, Inouk en 1999 et Wikie en juin 2001. Lorsque celle-ci vit le jour bleuté des bassins, c’est Valentin, le fils de Freya, qui joua le rôle de «tante». En mer, c’est le plus souvent une mère, une sœur, une cousine ou une amie qui aide à pousser le nouveau-né en surface.

Sharkane fut elle aussi soumise à l’insémination artificielle. En vain. Kim2 fut le père de ses 3 enfants. Elle fut aussi la grand-mère de Moana, qu’elle n’eut jamais la chance de connaître, contrairement aux  matriarches centenaires de Puget Sound. Sharkane s’éteignit le 3 janvier 2009 d’une septicémie (Bacille Pyocyanique). Elle n’avait que 23 ans.

C’est SeaWorld qui captura Tanouk en même temps que Sharkane, en octobre 1989 près de Hornafjordur, Islande. Sans doute étaient-ils frères et sœurs, ou cousins. Il arriva à Antibes en même temps qu’elle, le 12 janvier 1990. Les choses ne se passèrent pas bien : Tanouk n’arrêtait pas de se battre avec Kim2 dans cet espace minuscule. On le revendit donc 5 ans plus tard au Izu-Mito Sea Paradise, Japon. Rebaptisé Yamato, il y survécut avec Asuka, une femelle attrapée à Taiji en 1997. Celle-ci y vécut de longues années relativement paisibles dans un enclos marin, avant de mourir en 2007 à l’âge de 17 ans, peu de temps  après son transfert en bassin.

Tanouk, lui, rendit l’âme dès le 24 octobre 2000, à l’âge de 14 ans.

Freya n’avait que 2 ans quand elle fut capturée par SeaWorld à Stokkseyri en Islande, un jour d’octobre 1982. Elle appartenait donc au même pod que Kim2. En 1991, elle fit une première fausse couche, puis une seconde en 1993. En 1996, à la Saint Valentin, elle donne enfin naissance à un bébé mâle baptisé Valentin.

Malheureusement, en mars 2000, Freya subit encore une fausse couche. La consanguinité explique peut-être ces échecs à répétition. Son époux était sans doute son frère.

Son aileron penchait du côté droit, chose inhabituelle chez les orques captives. C’est que dans les anciens bassins, elle nageait sans cesse avec Kim 2 dans le sens horaire des aiguilles d’une montre en s’inclinant vers la droite. Sa tache blanche sur le flanc est la trace d’une tumeur soignée aux rayons X en 1995.

Le 9 septembre 2008, Freya, alors âgée de 26 ans, entraîna sa dresseuse sous la surface pour la noyer. La femme parvint à s’échapper mais Freya lui sauta dessus de tout son poids à deux reprises pour l’écraser.

La dresseuse tenta de reprendre le contrôle de la situation en montant sur le dos de Freya mais elle en fut violement rejeté. Elle se traîna alors jusqu’au bord du bassin et parvint à échapper à l’orque en furie. Sous les applaudissements de la foule et au son d’une musique de James Brown…

En 1986, une prise de sang mensuelle de routine révéla une anomalie avec les globules blancs de Freya. Une autre prise de sang trois jours plus tard confirma que Freya avait un début d’infection quelque part dans le corps. Elle fut aussitôt mise sous antibiotiques (de l’Amoxycillin), mais ce médicament s’avérant inefficace, les vétérinaires tentèrent d’autres antibiotiques, Caphalxin, Bacampicllin, Lincomycin et Doxycycline , mais tous sans succès sur l’infection qui s’aggravait rapidement.

Freya commença à être indolente et touchait à peine à sa nourriture. Dans les semaines qui suivirent, son appétit se réduisit jusqu’à presque complètement disparaître, et elle développa ce que l’on appelle une “peanut head” (littéralement “tête de cacahuète” en référence à la forme que prend le crâne de l’orque, ndt), un affaissement derrière son évent indiquant que le spermaceti (substance contenue dans le melon des cétacés, ndt) disparaissait de cette zone à cause de sa diète.

La condition de Freya faisait écho à celle d’autres orques captives qui moururent d’abcès dans les voies respiratoires; le vétérinaire de Marineland, David Taylor, suspecta donc une infection dans ses voies respiratoires ou ses poumons. A l’époque, les machines à rayons X portables n’étaient pas assez puissantes pour passer à travers l’épais spermaceti des orques, donc le directeur du parc, Michael Riddell, persuada une compagnie fabriquant des avions de leur prêter une toute nouvelle machine à rayons X, qui était utilisée pour détecter les problèmes dans les moteurs d’avions. La machine, assez puissante pour trouver une fissure aussi fine qu’un cheveu dans un bloc d’acier, s’avéra inutile et rien ne fut détecté sur les images qu’elle produisit.

En revanche, une semaine plus tard, Freya développa une brûlure de radiation, et un cercle de peau enflammée apparut sur son flanc droit où les puissants rayons X avaient été concentrés. Ce morceau de peau endommagé tomba un peu plus tard, et forma un ulcère qui mit trois ans à soigner, bien que le rond blanc de la peau morte reste sur sa peau jusqu’à la fin de ses jours. Freya cessa complètement de manger, perdit encore plus de poids, et commença à faire une insuffisance rénale; le parc la séquestra alors dans le bassin médical.

Le directeur du parc contacta une compagnie d’électronique qui aidait la Marine Française à développer leur technologie de Sonar, et ils acceptèrent d’amener une de leur machines à sonar portable au parc pour la tester sur l’orque, une semaine plus tard. Durant ce laps de temps, Freya reçut des vitamines et des suppléments d’hormones pour fortifier son organisme affaibli.

Kim, orque au Marineland

Une semaine plus tard et avec une Freya “dans un état pire que tout”, le bassin médical fut vidé de son eau et on monta la machine à Sonar. Durant son utilisation, Freya sembla ressentir un inconfort et de l’énervement, “car elle pouvait probablement entendre l’irritant gémissement de la machine d’une façon dont nous ne pouvions pas.” Il est possible qu’elle en ait ressenti également les vibrations; mais le scanner fut un succès et on put enfin voir l’intérieur de l’orque. Freya avait une infection agressive, et des lésions entre des côtes, ainsi que sur l’extérieur de son poumon droit, et surtout, une “pleurésie chronique.”

Freya fut immédiatement mise sous Erythromycin (une drogue communément utilisée pour traiter la légionellose) et reçut des injections de Cortisone. Dans les deux semaines qui suivirent, l’appétit de Freya s’améliora et elle commença à nager autour du bassin médical plutôt que de se laisser flotter dans un coin. Le test avec la machine à sonar fut répété par la suite et montra que ses lésions commençaient à se résorber. Avec le temps, Freya fut autorisée à rejoindre le bassin principal et participer à nouveau à quelques spectacles.

David Taylor: “Nous avons continué à surveiller l’orque régulièrement, et je considère toujours à ce jour qu’elle n’est pas normale à 100% , les cicatrices dans la cavité de sa poitrine lui provoquant sans doute une gêne de temps en temps.”

Freya est morte le 20 juin 2015 des « suites d’une longe maladie » selon le communiqué officiel du parc

Naître en Bassin

Le bassin des orques au Marineland

Le bassin des orques au Marineland

Un tel acharnement s’explique: pour les delphinariums, une naissance constitue à la fois une aubaine commerciale et la preuve affichée que les animaux sont heureux, «puisqu’ils se reproduisent», quelle qu’en soit la façon. Le nombre d’orques captives dans le monde n’est que de 52 individus à l’automne 2013. L’apport de gènes neufs s’avère dès lors indispensable. La commande de bélugas russes par le Georgia Aquarium et le «sauvetage» de l’orque Morgan en Mer de Norvège montrent à cet égard le début de panique qui gagne l’Industrie.

Pour sa part, en 43 ans d’existence, le Marineland d’Antibes n’est parvenu qu’à faire naître 6 orques.

Leur vie est celle d’enfants captifs, au monde sensoriel, social et intellectuel réduit, dressées dès la naissance à obéir dans un espace restreint vide de tout objet et répétant sans fin les mêmes shows au son de musiques tonitruantes.

Shouka naquit la première, le 25 février 1993. Fille de Sharkane et de Kim 2, elle est donc la sœur de Wikie et d’Inouk et la demi-sœur de Valentin, dont elle partage le père mort.

Le 20 mai 2002, Shouka fut louée au Six Flags World of Adventure, Ohio, sous prétexte de l’éloigner des avances paternelles mais surtout pour s’y faire engrosser.

Son compagnon devait être Kshamenk, échoué de force en Argentine. Il allait venir la rejoindre mais le transfert ne se fit jamais. Kshamenk survit encore au Mundo Marino, seul dans un trou d’eau minuscule et crasseux.

Shouka et Merlin

Shouka et Merlin

Shouka resta privée de toute compagnie 2 années durant, avant d’être transférée au Six Flags de Californie le 19 avril 2004. Elle y partagea son bassin avec quelques dauphins, dont le gentil Merlin qu’elle aimait beaucoup. Ils demeurèrent 7 ans ensemble. Puis Merlin fut déplacé ailleurs en novembre 2011 et Shouka se retrouva seule à nouveau, si seule qu’on la nomma «la baleine la plus seule au monde ». Une campagne internationale exigea à tout le moins son rapatriement en France, auprès de sa famille. Il n’en fut rien.

Le 7 juillet 2012 juillet 2012, à l’âge de 19 ans, Shouka agressa sa dresseuse.

Un mois plus tard, le 20 août 2012, Shouka partait au SeaWorld de San Diego sans avoir vu une orque pendant 10 ans. Elle y nage aujourd’hui avec Corky2, Kasatka et 7 autres orques, dont le bouillant Ulysse, qui engrossa sa sœur Wikie à très longue distance…

Valentin naquit un beau soir du 13 février 1996. L’enfant du miracle pour Freya, qui n’avait connu que des fausses couches jusqu’alors. Valentin est le seul au Marineland à jouir de la chance d’avoir sa mère près de lui. Chez les orques, le rapport mère-fils est d’une extrême intensité. Certains mâles passent leur vie auprès de leur maman et de leur grand-maman. Même adultes, ils en restent très proches et c’est bien ce que fait Valentin. Mais où ira-t-il faire l’amour ? Autour de lui ne vivent que sa demi-sœur Wikie, son demi-frère, Inouk, et sa mère. Se contentera-t-on de le masturber comme un taureau d’élevage ou l’expédiera-t-on au Japon lui aussi ? Le fait est qu’il devient nerveux. En 2008, à l’âge de 12 ans, Valentin attaqua son dresseur Niko. Aucun détail précis ne nous est revenu de cette attaque.

C’est le 23 février 1999 que bébé Inouk est né. Mais l’innocence n’a pas duré. Il a vu mourir ses parents, Kim et Sharkane. Les comportements de deuil sont attestés chez les cétacés comme chez les éléphants. Le sens de la mort est même ressenti de façon plus violente car les orques entretiennent entre elles des relations sociales et affectives très fortes. Rude épreuve en tous cas pour le petit Inouk, très dépendant de sa mère comme le sont tous les mâles.

Wikie naquit le 1er juin 2001. Elle aussi a beaucoup souffert du décès de son père puis de sa maman. Et pas plus que Valentin, le départ de Shouka n’a pu la laisser indifférente. Les orques ont un cerveau puissant : ils savent qui ils sont et qui sont les autres. Ils réfléchissent, ils anticipent, ils se souviennent et ils se parlent, du moins en mer. Une évidence scientifique dont les delphinariums ne tiennent pas compte.  Le 17 juillet 2009, Wikie, alors âgée de 8 ans, attaqua son dresseur à la surface de l’eau avant de l’entraîner par le fond. L’homme a survécu. Aucune mention de l’incident dans la presse française.

Le 16 mars 2011, le Marineland d’Antibes fit grand bruit dans la presse avec la  naissance de Moana, une orque mâle de la 2ieme génération, né d’un parent né captif et d’un autre né libre.

Wikie sa mère avait  moins de 10 ans – ce qui est bien trop jeune – quand elle fut inséminée par le sperme d’Ulysse, expédié sous colis depuis les USA. Son lointain partenaire est bien un «fondateur» : SeaWorld le captura le 7 novembre 1980 à Reydarfjördur, Islande, à l’âge de 3 ans. Il vécut dans plusieurs parcs, dont le Sædyrasafnid Aquarium en Islande (la salle d’attente des orques), le Rioléon Safari, le Zoo de Barcelone Zoo, avant d’arriver à SeaWorld en janvier 1994, blanchi comme de l’argent sale puisque en provenance d’un zoo.

Tel est le père de l’enfant de Wikie mais Wikie ne sait rien de lui.

Les orques ne sont pas monogames et leurs couples sont temporaires. Cela  n’empêche pas que des liens personnels se nouent inévitablement lors des contacts sexuels, ou se renouent, car très souvent, l’amant de quelques jours est un voisin, un ami, quelqu’un dont on connaît la signature sifflée et le clan d’origine.

Il s’agit sans nul doute d’une victoire pour le Marineland d’Antibes, qui a enfin réussi à maîtriser les techniques de l’insémination artificielle. Le parc d’attractions ne manquera donc pas de nous offrir bientôt d’autres bébés qui feront fondre les médias et bondir le chiffre d’affaires.

Bien qu’il ait légalement vocation de mener des recherches, ce «zoo» français n’a cependant conduit aucune étude sur l’impact psychologique ressenti par une orque qui se retrouve enceinte sans rapport amoureux. Il est vrai qu’il a également pour mission d’informer le grand public sur la vraie vie des épaulards et d’assurer la conservation d’une espèce présente dans toutes les mers du globe. On peut en douter en voyant ces images…

Moana est aujourd’hui la coqueluche des milliers de fans qui gazouillent sur la page Facebook du parc d’attractions. Il semble bien se porter. La moyenne d’âge des nés-captifs reste néanmoins extrêmement basse (4 ans et demi à SeaWorld) et les décès précoces sont nombreux à l’approche de l’adolescence. La durée de vie moyenne des orques d’Antibes est à cet égard extrêmement basse mais il est vrai qu’avant la construction du nouveau bassin en 2003, les cétacés étaient détenus dans un espace minuscule. Curieusement, toutes les images du Marineland d’antan semblent avoir été nettoyées du Web.

Keijo : Enfin, nous venons de l’apprendre,  Wikie vient de donner naissance à un second enfant, le 20 novembre 2013. Le nouvel enfant de Wikie serait, selon toute probabilité, né des oeuvres du propre frère de sa mère, Valentin.

http://www.digitaljournal.com/article/362629
Un tel comportement est inimaginable en mer, où des lois morales interdisent strictement l’inceste. Mais qu’en savent ces malheureux gosses, nés dans une cuve en béton, sans parents, sans cultures ?
Une orque enceinte à Marineland, Antibes ? / A pregnant orca at Marineland, France?

Il n’est pas impossible que Moana soit également le fruit d’amours incestueuses. Selon Sea World, Ulysses, son prétendu père, est considéré comme stérile depuis 2009. Or, Moana est né en 2011.

 

3. QUEL AVENIR POUR LES ORQUES ?

Arbre généalogique - Orque captives

Le futur des ces 5 captifs pose question. Leur groupe, construit sur les cadavres de 9 de leurs semblables, n’est que la caricature d’une unité familiale de base, qui n’a rien à voir avec les sociétés élargies des orques.

A terme, de nouvelles séparations déchirantes, de nouvelles unions incestueuses, de nouvelles arrivées traumatisantes sont à craindre. Et de nouveau décès, sans doute.

Il est donc temps que «Blackfish» soit projeté en France et que les autorités publiques en charge du bien-être animal aillent le voir. Le choix moral d’imposer une existence aussi appauvrie à des personnes non-humaines se doit être réexaminé, comme dans tous les pays qui exhibent en spectacle des cétacés dressés.

Le Marineland d’Antibes ne pourra plus rester éternellement une citadelle inexpugnable dont les média chantent la gloire.

L’heure est venue de rendre des comptes et de s’interroger sur le sens réel de cette pratique cruelle et insensée : «Garder des autobus dans une baignoire », selon le mot de la très prudente Marion Cotillard.

Références :

Livre : « Vet on the Wild Side », de David Taylor
Confirmé par un ancien dresseur de Marineland qui travailla avec Freya (pas John Hargrove) lors d’une conversation privée.
Traduction par la page Art for the Orca.


Article sur Blackfish paru dans Le Monde

Blackfish

Sur le Marineland d’Antibes

SeaWorld, Japon, Europe : petits crimes entre amis !…..

Actions Marineland

Ceta Base