Les métiers autour des cétacés

Home/Ethologie, Général, Offres d'emplois / Stages,  Actualités/Les métiers autour des cétacés
  • Quels métiers pour travailler avec les dauphins ?

Les métiers autour des cétacés

[blue]

Cet article est un article invité écrit par Emmanuelle Brabec du blog : Keep Whales Wild (un excellent blog, disponible à la fois en anglais et en français).

[/blue]

Comment devenir cétologue ?

Il est vrai que quand nous tenons des blogs axés sur les cétacés, on nous pose souvent ce genre de questions : «Comment travailler avec les dauphins ? Quel est le cursus à suivre pour devenir cétologue (ou delphinologue) ? Quelles écoles proposent ce type de formation ? Y a-t-il d’autres métiers dans ce domaine ?»

En bref, je vais vous dire comment devenir cétologue.

Il y a 4 ans, je m’étais rendue à l’Institut océanographique de Paris, situé rue St Jacques dans le 5ème, et j’y avais récupéré deux précieuses brochures :

– Travailler avec les mammifères marins ?
– La Plongée, un métier ?

(Ces brochures ne sont pas gratuites et un peu obsolètes sur certains points. Donc j’ai fait une synthèse de tout ce que je savais et de ce qui est évoqué dans ces brochures pour vous aider au mieux.)

Depuis, je suis une formation pour devenir plongeuse diplômée, et je me sens un peu plus informée quant aux métiers autour des cétacés. Néanmoins je dois vous prévenir que le premier manuel mentionné propose des possibilités de carrière autour des cétacés dans des parcs marins ou auprès de l’équipe IMATA (International Marine Animal Trainers Association), l’association à l’origine de l’existence des océanariums, aquariums et marinelands. Dans le cadre de cet article, je tiens à préciser que je me place du point de vue anti-captivité, donc je ne cautionne pas du tout ce type de carrières (voir l’article du 29/01/13).

La cétologie est la science qui étudie les cétacés et se propose de comprendre leur mode de vie. Cette discipline englobe de nombreux domaines de recherche et d’activités, et regroupe ainsi des professionnels de divers horizons.

Les scientifiques sont parmi les plus sollicités pour travailler au contact des mammifères marins. Ils travaillent dans des disciplines variées : biologistes, écologues, physiologistes, toxicologues, généticiens, vétérinaires, chimistes, biochimistes, physiciens, acousticiens…

Le travail du cétologue consiste à observer les cétacés en mer, à les recenser et à les marquer pour les suivre tout au long de leur vie, pour mieux comprendre leur comportement. Il lui arrive aussi d’avoir à travailler sur les carcasses d’animaux morts échoués afin d’effectuer des autopsies.

Pour mener à bien sa mission, le cétologue doit, outre ses activités scientifiques, accomplir de nombreuses tâches administratives parmi lesquelles la recherche et la gestion de sources de financement. La pratique de l’anglais est INDISPENSABLE.

Pour devenir cétologue, le meilleur moyen est d’avoir un excellent niveau en biologie et de passer énormément de temps sur le terrain. On ne se déclare pas cétologue avec un diplôme mais plutôt après plusieurs années d’expérience pratique. Il n’existe pas d’école spécifique de cétologie, et les débouchés sont très restreints. Néanmoins, certaines formations de base préparent plus ou moins à travailler avec les mammifères marins.

Avant d’être accepté au sein d’une équipe de recherche, la route est longue. Il faut être extrêmement motivé et passionné.

Quels métiers pour travailler avec les dauphins ?

Les personnes pouvant prétendre au titre de cétologue sont :
– des chercheurs en biologie marine ou des océanographes
– des spécialistes du comportement comme les éthologues
– des vétérinaires.

La biologie marine ou océanographie

Pour devenir biologiste marin ou océanographe, il faut obtenir un Bac S avec spécialité Sciences de la Vie et de la Terre. À ceux qui n’ont pas de formation scientifique, les universités proposent le Diplôme d’Accès aux Études Universitaires (DAEU), option Sciences qui permet par la suite de réintégrer le cursus normal scientifique.

Il est conseillé de poursuivre par une licence (bac+3), puis par un master de recherche (bac+5) et enfin un doctorat (bac+8), qui sont répertoriés par domaines, mention et spécialités. La plupart des licences n’ont pas de spécialité. Les spécialisations en Océanographie, Sciences de l’Environnement ou Biologie des Populations et des Écosystèmes ne commencent qu’à partir de la première ou deuxième année de master. La spécialité en Biologie Marine ou Océanographique se prépare généralement à partir du master première année, c’est-à-dire bac+4. Plusieurs facultés françaises proposent cette spécialité : Brest, Bordeaux I, Caen, Lille, Aix-Marseille II, Paris VI, Rennes I, La Rochelle et Perpignan.

Il existe néanmoins une formation courte en cétologie méditerranéenne accessible aux titulaires d’une licence de Biologie, dispensée par l’École Pratique des Hautes Études, située à Montpellier, qui permet de travailler dans des associations. Elle prépare et délivre son propre diplôme (équivalent au DEA), jusqu’à la thèse, à toutes les personnes (très) motivées (quel que soit leur niveau), ayant déjà acquis, même de façon autodidacte, des connaissances sur les cétacés.
Aucun cours n’y est dispensé, mais l’encadrement et les structures dont disposent les étudiants leur permettent d’approfondir le sujet qu’ils souhaitent dans des conditions matérielles exceptionnelles : deux années d’études et un prix d’inscription inférieur à celui des universités.
Cette école organise aussi des stages sur les cétacés en Méditerranée.

L’éthologie, ou étude du comportement animal

L’éthologie, science de terrain et de laboratoire, est l’étude du comportement animal et humain. Elle consiste à étudier la communication et la vie sociale des animaux (prédation, comportement sexuel, communication, migrations, chasse, organisation sociale, soins aux petits, jeux…) et les relations homme-animal.

En cétologie, l’éthologie étudie les impacts du tourisme (donc du comportement humain) et des modifications du milieu (pollution, diminution de leur nourriture, variation de températures dans l’océan, etc.) sur le comportement des mammifères marins.

Les débouchés en éthologie des mammifères marins sont quasi inexistants en France mais un peu plus nombreux à l’étranger.

Pour devenir éthologue, il faut être titulaire d’un bac S ou d’un DAEU option Sciences puis intégrer un cursus scientifique dans le domaine Sciences et Technologies, avec une licence de Sciences cognitives et un des masters présentés dans la formation de biologiste marin ou océanographe.

Les universités de Paris Sud XI et de Paris Nord XIII proposent le master d’Éthologie avec en deuxième année une spécialité de recherche Éthologie fondamentale et comparée ou une spécialité professionnelle Éthologie appliquée et chronobiologie du comportement.

 Les études vétérinaires

Les vétérinaires peuvent être ponctuellement en contact avec les mammifères marins dans des marinelands ou des zoos, voire sur les plages à l’occasion d’autopsies d’animaux échoués. La spécialisation s’effectue généralement en fin d’études. Une vingtaine de vétérinaires seulement sont spécialisés dans les parcs et les zoos.

Je choisis de ne pas m’attarder sur ce sujet tout simplement parce que les parcs marins ont besoin de vétérinaires pour soigner leurs animaux. Ce serait leur rendre service que de se mettre à leur disposition. Est-il vraiment nécessaire de rappeler les  ravages que la captivité provoque sur les cétacés et qu’il nous faut à tout prix nous battre pour mettre un terme à cette forme d’esclavage ? Non, je ne crois pas.

Autant le dire franchement, étant fermement contre la captivité des cétacés, je ne peux éthiquement donner des conseils pour travailler dans des parcs marins. Donc pour ceux intéressés par cette voie, je  vous laisse trouver ces informations par vous-mêmes. J’espère qu’au cours de cette recherche, vous trouverez des éléments qui changeront votre vision des choses et vous dissuaderont de travailler pour des enseignes qui exploitent les animaux que vous aimez.

Centres de recherches et associations

Bien que les débouchés soient relativement peu nombreux, quelques centres de recherches étudient les populations de mammifères marins et de nombreuses associations proposent des activités permettant d’assouvir votre passion en participant à des collectes de données, à des observations en mer…

Pour connaître le nom de ces organismes selon votre région ou le pays que vous souhaitez, n’hésitez pas à me contacter directement et je vous fournirai les détails.

Derniers conseils et coups de pouce

Dans tous les cas, tâchez de passer vos examens avec mention et de prouver vos motivations par les stages que vous aurez effectués. Si vous envisagez une thèse, alors choisissez sagement le lieu de votre (vos) stage(s). Trouvez un laboratoire ou une équipe susceptible de vous prendre par la suite comme « thésard ». Votre rapport de stage devra exposer un problème que vous aurez pour objectif de résoudre dans votre thèse. En France, il est très difficile de trouver un lieu de stage : les cétologues sont très rares et les places vites occupées.

De plus, la langue de la cétologie étant sans aucun doute l’anglais, je vous conseille vivement, dès vos premières années d’études, d’établir des contacts dans des équipes en Europe ou ailleurs. N’hésitez pas à remplir votre curriculum vitae avec des stages personnels que vous pouvez effectuer pendant vos vacances. Si vous voulez devenir cétologue, la clé est de commencer à s’organiser dès la première année ! Cela vous permettra de mieux cerner le domaine qui vous attire en cétologie, et d’y voir plus clair quant à votre souhait de carrière.

Je propose personnellement de vous aider dans ce parcours. Oui, vous avez bien lu. Petite fille, c’était mon rêve de devenir cétologue. Je riais intérieurement quand les gens me demandaient ce que ça voulait dire. Quand je disais « cétacés », ils confondaient avec « crustacés » !

Je dois dire que le manque de soutien et l’absence d’information m’a découragée. Les informations que je fournis plus haut, je n’en avais pas connaissance à l’époque. On m’avait laissé entendre qu’il fallait à tout prix aller au Canada pour devenir cétologue. Au sortir du Bac à 18 ans, je n’avais malheureusement pas les fonds pour me permettre une telle expédition. A la place, je me suis dirigée vers des études d’anglais. Au moins, je maitrise cet indispensable pour devenir cétologue.

Aujourd’hui je sais que je peux reprendre mes études, par exemple à l’école de Montpellier. Je le ferai peut-être, qui sait. En attendant, ne vous découragez pas, si vous êtes vraiment passionnés, il n’y a pas de raison que vous n’y arrivez pas ! 🙂

 

About the Author:

Créatrice du blog Keep Whales Wild, activiste pour la liberté et la protection des cétacés à ses heures perdues.

17 Comments

  1. Hélène 10 février 2013 at 14 h 00 min - Reply

    Très bon article et comme les autres j’adhère totalement! Merci et bonne continuation!

    • samuel 27 octobre 2015 at 0 h 11 min - Reply

      bonjour, je m’appel Samuel Boucard et je suis passionné par les requins, dauphins, (cétacés) et je reverrais de pouvoir faire un métier comme celui-ci, si je pouvais travailler avec les cétacés, j’aimerais énormément, je suis passionner depuis plusieurs années déjà et j’ai 13 ans, je souhaite que mon avenir soit dans ce métier la sinon très bon article merci infiniment, j’en ai appris beaucoup, cordialement.

  2. Amanda 14 février 2013 at 8 h 38 min - Reply

    Bonjour,

    Je souhaite précisément me rediriger vers l´éthologie.

    Je vous remercie pour cet article qui me donne certaines clefs et me motive à poursuivre dans cette voie.

    Bien à vous !

  3. Ludivine 2 mars 2013 at 0 h 06 min - Reply

    Bonjour,

    J’ai toujours été passionnée par les mammifères marins et comme toi le manque de soutien et d’informaitons m’a découragée après le bac. Du coup j’ai un diplome d’ingénieur en biologie (mais plutot axé laboratoire) et aucune envie de bosser là-dedans. Je ne désespère pas de trouver un jour le moyen de bosser dans le domaine de la biologie marine… Merci pour tes conseils. Bonne continuation.

  4. camlle 23 octobre 2014 at 20 h 11 min - Reply

    Bonjour à tous
    Moi je suis passionné de dauphins depuis que je suis petite et j’aimerais en faire mon travail par exemple être Delphinologue c’est pour ça que j’aimerais avoir une liste de toutes les écoles qui permettent de faire ce métier merci de me répondre .
    BISOUS A TOUT LES PASSIONNÉS DE DAUPHINS.

  5. Camille 24 octobre 2014 at 11 h 32 min - Reply

    Bonjour à tous,
    Je suis passionnée de dauphins depuis que je suis toute petite et j’aimerai en faire mon métier. J’aimerai avoir une liste de toutes les écoles qui permettent de travailler auprès des dauphins ainsi qu’une liste des métiers qu’il y a autour dauphins.
    Je vous remercie par avance.

  6. Dominique Dubois 13 novembre 2014 at 20 h 17 min - Reply

    Merci pour votre article
    Plongeur scaphandrier professionnel et capitaine de Motor yacht et de Voilier j ai bien sur approche les baleines et les dauphins. Le jeu en vaut la chandelle. Bon courage.

  7. Edith Israel 10 février 2015 at 11 h 16 min - Reply

    je me passionne pour les dauphins libres depuis que j habite Eilat je cherche a reconnaitre les 6 dauphins du Dolphin Reef ceux qui s en occupent sont soit des ex plongeurs soit des gens qui ont etudie la biologie marine, ils disent qu il faut surtout beaucoup d amour

  8. rayan 2 juin 2015 at 18 h 13 min - Reply

    Bonjour à tous,
    je suis passionné de dauphins depuis que je suis tout petit et aussi nager, faire de la plongée,…
    Bref, je voulais savoir si pour devenir cétologue on devais obligatoirement 8 années d’études universitaires..
    Répondez vite svp ! 🙂

  9. Ninon 6 décembre 2015 at 15 h 31 min - Reply

    Bonjour,
    Je m’appelle Ninon, depuis que je suis toute petite j’adore les baleines et les dauphins, je rêve de travailler avec ces spécimens magnifiques, je regarde pratiquement tout le temps le temps les chaînes dans le genre Nat géo Wild et tout les métiers qui y sont présente le font rêver j’aimerais tellement continuer dans cet voie…
    Merci pour l’article qui était tres utile et intéressant
    Bien à vous.

  10. Laget Marie Amélie 19 janvier 2016 at 19 h 15 min - Reply

    Bonsoir.
    N est il pas dur de condamner le métier de vétérinaire.N y voyez là aucun reproche ni critique, je suis en plus du même avis que vous sur la captivité.Toutefois ma fille de 9 ans passionnée de cétacés et de chevaux souhaite en faire sa profession avec une spécialité d éthologie, qu elle pratique déjà à travers les sports équestres.Je m interroge sur votre article et vous ai lu avec attention. Nous voyageons bcp pour suivre les différentes migrations de cétacés, et même parfois avoir la chance de nager avec eux et partout, on lui conseille de faire ainsi..alors elle y croit mais vétérinaire vous n y croyait pas pour un débouché…?

  11. Sandrine Le Guillou 20 janvier 2016 at 8 h 51 min - Reply

    Je me reconnais bien dans cette passion qui m’a prise à 7 ans (j’en ai 51) et ne m’a jamais quittée. Mais à l’époque mes parents ne comprenaient pas cela et voulaient que j’ai un vrai métier. Je suis informaticienne..
    J’ai une petite fille triste en moi mais ma passion est toujours intacte
    Reprendre des études ? Pourquoi pas ou aider des associations ?
    Merci beaucoup pour cet article.

  12. Desalmand 13 février 2016 at 2 h 00 min - Reply

    Bonjour je m’appelle ludivine je suis passioné depuis que j’ai 10 ans par l’ocean les mammifères marins poissons orque dauphin surtout dauphin je sais pas pourquoi j’aime trop ça me passionne vraiment beaucoup au début je penser pluto aller vers des études de véterinaire j’aime toujours autant en faite j’ai toujours hésité entre ça et océanologue je ne sais pas quel voit prendre je voudrais faire de la plongée sous marine aller nager sous l’eau et trouver des trucs ça me fascine 😀 ou sinon travailler dans un parc comme Marineland pour soit m’occuper des animaux dauphins leurs donner a manger etc.. ou sinon soigner les animaux marins en faite j’aime tout la dedand et je sais pas quoi faire vous pouvez m’aider sil vous plait ? Je veut vraiment travailler la dedand mais j’ai beaucoup de mal en physique et en math en svt jatteint 11 15 si je bosse bien et comprend tout en physique c’est compliqué j’ai du mal et les maths c’est les plus pires je peut pas jarrive pas a comprendre et pourtant les maths dans ce que je veut faire c’est important please help my !

  13. Desalmand 13 février 2016 at 2 h 01 min - Reply

    je fais de la piscine j’ai toujours adoré sa je comprend mieux pourquoi maintenant

  14. Lesire-ogrel 30 juillet 2016 at 14 h 06 min - Reply

    Merci pour cette article passionnant , j’ai treize ans et je veux travailler avec les orques depuis toute petite, alors voilà je rentre en troisième et je vais avoir la possibilité de faire mon premier stage. Auriez vous des endroits à me conseiller qui accepterais des collégiens et qui aurais un rappors avec les cétacés ou les océans
    Merci

  15. Myrah25 30 juillet 2016 at 14 h 31 min - Reply

    Bonjour je suis passionné de cétacés depuis mes 7 ans et en particulier les orques, j’ai trouvé cette article très intéressant et surtout je crois qu’il m’aideras beaucoup par la suite car je n’ai que 13 ans. Alors voilà cette année je rentre en troisième et pour mon stage j’aimerais fair quelque chose en rapport avec mes océan ou les cétacés, je sais bien que ça risque d’être difficile mais si vous connaissez des endroits ou je pourrais fait mon stage et où ils accepteraient des collégiens ce serait génial comme ça j’aurais un avant goût là dedans.
    Merci beaucoup

  16. Chloeh55 2 décembre 2016 at 16 h 17 min - Reply

    Bonjour.
    Je suis en L1-Sv et l’année prochaine je vais en fac d’éthologie a Rennes pour plus tard devenir cétologue, delphinologue, ou encore soigneur animalier. Pour cette année, mon professeur nous a demander de réaliser une interview concernant le métier futur que l’on envisagerai.
    J’aimerai savoir quelques petites choses si vous pouvez y répondre j’en serais vraiment heureuse!
    – Quelles sont les avantages et les inconvénients du métier de cétologue ?
    – A quelle fréquences ce font les sorties en mer? Quelles sont les « missions » principales réalisés?
    -Combien de temps de travail par semaine?
    – Quelle est la rémunération ?
    Je crois que j’ai fais le tour de ce qui me manquais comme renseignement, si ce n’est que, outre mon interview, je voulais savoir comment vous viviez ce métier.
    Merci de votre attention!!

Leave A Comment